Yvelines : un chat blessé par un piège

PUBLICITE

Galatée, une chatte d’une dizaine d’années, a été grièvement blessée par un piège à mâchoire, à Guernes, dans les Yvelines. D’après le site d’informations Actu.fr, le drame s’est déroulé le 1er décembre 2021.


Charline Brayant, la propriétaire de Galatée, a retrouvé cette dernière dans un jardin, en début de soirée. C’est en entendant des miaulements étranges qu’elle est sortie avant de retrouver l’animal, parti se promener quelques heures plus tôt. Le piège avait été posée sur une parcelle toute proche du domicile de Charline, qui s’insurge :


Ce jardin n’est pas clôturé, l’allée pour y accéder non plus et c’est à 30 mètres de chez moi donc on ne peut pas dire que Galatée divaguait.


Source : Renaud Vilafranca


Charline a alors tenté d’écarter les dents du piège. Une femme est sortie de la maison et l’y a aidée, mais la propriétaire de Galatée précise :


Elle n’avait pas l’air émue du tout. Très froidement, elle a pris un manche de pioche pour l’ouvrir.


La chatte a finalement été emmenée de toute urgence chez le vétérinaire, mais s’en est sortie vivante. En revanche, elle ne pourra plus jamais bouger la patte, qui risque par ailleurs d’être amputée. Hélène, la mère de Charline, confie :


Ce n’est pas le plus important, mais tout cela a un coût. On en est déjà à plus de 400 euros.


Source : Renaud Vilafranca


Avant d’ajouter :


Il était posé à l’entrée du terrain. Si un gamin était passé, ça aurait été épouvantable.


Ce type de piège est pourtant interdit en France. Les voisins ont refusé de s’expliquer sur sa présence dans leur jardin. Ce ne serait pas la première fois que des chats de la commune subissent des sévices. Pascal Brusseaux, le maire de Guernes, explique :


Vous savez, j’ai perdu deux chats depuis que je suis arrivé dans le village en 2005. Il y en a un que j’ai retrouvé plombé à coups de fusil. Ce sont sûrement des personnes qui ne supportent pas de retrouver des crottes dans leur jardin. Il n’y a pas qu’ici que c’est comme ça. Ces gens devraient accepter la vie à la campagne.


De leur côté, Charline et sa mère ont décidé de porter plainte. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie.

PUBLICITE