Volkswagen accusé d’avoir utilisé des macaques pour tester ses gaz d’échappement

ADVERTISING

Depuis quelques jours, le constructeur automobile Volkswagen est au cœur d’un scandale après avoir utilisé des macaques à longue queue pour effectuer des tests de pollution sur ses gaz d'échappement. En 2014, la marque avait déjà été la cible de l’agence de protection de l’environnement américaine EPA qui l’accusait d’avoir triché lors de tests de pollution en utilisant un dispositif divisant par neuf les émissions d’oxyde d’azote.

 

Si la première visée par ces accusations est l’entreprise Volkswagen, l’étude commandée par le groupe européen de recherche sur l’environnement et la santé (EUGT) a été financée par Volkswagen, Daimler, BMW et Bosch. Les tests se sont déroulés au Lovelace Respiratory Research Institute à Albuquerque (Nouveau-Mexique), aux Etats-Unis.

 

 

Ces tests avaient pour but de démontrer que les accusations de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) envers la marque et ses émissions de gaz polluants étaient infondées.

 

Cependant, les expérimentations conduites au sein de ce laboratoire impliquaient dix macaques à longue queue enfermés dans une pièce hermétique contaminée par les gaz d’échappement d’un modèle de chez Volkswagen.

 

Les animaux étaient placés devant un dessin animé destiné à les apaiser durant l’inhalation de ces gaz. Le scientifique Jake McDonald l’affirme d’ailleurs : « Ils aiment regarder des dessins animés ».

 

Bien que les primates n’aient visiblement subi aucun dommage corporel, les tests conduits avaient bien révélé la présence de gaz polluants. De plus, les scientifiques ayant conduit ces tests n’ont jamais été en mesure de fournir des résultats précis sur la sécurité des gaz d’échappement.

 

Selon The New York Times, qui relaye cette histoire (en anglais), le directeur du groupe de recherche, Michael Spallek, avait d’ailleurs relancé les scientifiques plusieurs fois afin d’obtenir des résultats clairs.

 

Tests effectués sur un modèle Volkswagen après les accusations de fraude – Source : Patrick T. Fallon/Bloomberg

 

Les marques, Daimler, BMW et Bosch, qui finançaient ce laboratoire avec Volkswagen, affirment ne pas avoir été informées de l’utilisation d’animaux durant les tests, et disent avoir pris leurs distance avec la marque. Le constructeur Daimler a qualifié cette étude de « répugnante » et « inutile ».

 

Le constructeur Volkswagen, lui, a formulé des excuses quant à l’utilisation d’animaux vivants :

 

Nous pensons que la méthode scientifique choisie à l'époque n’était pas la bonne. Il aurait été préférable de renoncer à une telle enquête dès le départ. […] Nous nous excusons pour cette inconduite ainsi que pour cette erreur de jugement.

 

Daimler a ouvert une enquête sur cette affaire, et l’association de défense des animaux One Voice a lancé une pétition visant à interdire l’utilisation d’animaux pour de tests scientifiques.

 

En Europe, l'expérimentation animale fait chaque année 12 millions de victimes. La France arrive en première position, avec le triste record de 2 millions d'animaux par an.

 

L'association One Voice lutte depuis de nombreuses années pour l'arrêt de l'expérimentation animale et le développement de méthodes alternatives, pour les soutenir, c'est par ici.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (il va adorer) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service de nutrition (découvrez l'alimentation sur-mesure pour votre chien). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING