Voici le premier mammifère disparu à cause du réchauffement climatique (causé par l’Homme)

ADVERTISING

Vous ne connaissez sûrement pas le Melomys Rubicola… Pourtant, ce petit rongeur australien vient d'entrer dans l'Histoire, et pas pour la meilleure des raisons.

 

Melomys-rubicola-extinction-4Source : @QueenslandGovernment

 

En effet, cette espèce de rat évoluant à Bramble Cay – une petite langue de sable située dans la fameuse Barrière de Corail australienne – est considérée comme éteinte depuis le 14 juin 2016.

 

L'extinction du muridé est loin d'être anodine puisqu'il s'agirait de la première espèce mammifère à s'éteindre en raison du changement climatique causé par les humains.

 

Melomys-rubicola-extinction-1Source : @FranceInfo

 

Il y a encore peu, en 1978, on pouvait observer plusieurs centaines de Melomys Rubicola sur l'île de Bramble Cay ; mais aucun animal de l'espèce n'a été aperçu depuis 2009, selon le Guardian.

 

Une étude parue ce mois-ci vient confirmer ce que l'on redoutait. Depuis 2014, des scientifiques ont lancé d'intenses recherches dans le but de conserver l'espèce menacée. Ils ont alors mis en place de nombreux pièges (fonctionnels pendant 900 nuits) sans qu'aucun rongeur ne soit attrapé. De même, les caméras placées aux alentours n'ont détecté aucune présence des mammifères.

 

Le Melomys étant une espèce endémique, il n'en existait que sur cette étroite zone de sable de quelques centaines de mètres entre l'Australie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Luke Leung, chercheur en environnement à l'Université de Queensland, en Australie, conclut :

 

Il s'agit de la première extinction documentée de mammifères causée uniquement (ou essentiellement) par le changement climatique anthropique. 

 

Melomys-rubicola-extinction-2Source : @NoticiasdeNavarra

 

Ses collègues et lui estiment ainsi que la disparition du rongeur est directement due à l'élévation du niveau des mers, causant l'inondation de multiples îlots de la région et résultant en la noyade de nombreux animaux. La surface de l'habitat naturel du rat australien a été recouverte à près de 97% en une dizaine d'années seulement.

 

Ce triste constat nous force à nous interroger sur notre impact sur la planète et ses conséquences à venir. L'extinction du Melomys Rubicola risque de n'être que la première d'une longue liste si le réchauffement climatique dû à l'activité humaine n'est pas rapidement endigué. Un rapport scientifique datant de 2015 va même jusqu'à affirmer que près d'une espèce animale sur six serait menacée d'extinction en raison des changements climatiques…

 

ADVERTISING