VICTOIRE. Les Baléares viennent d’interdire les corridas avec mise à mort du taureau

ADVERTISING

Coup dur pour la tauromachie en Espagne et belle avancée pour le droit des animaux.

 

Source :  Mehdi Fedouach

 

Le 24 juillet, les Baléares, petit archipel espagnol de Méditerranée, ont interdit la mise à mort des taureaux et le versement de la moindre goutte de sang dans les arènes lors des corridas. S'il ne s'agit pas d'une interdiction formelle de la tradition taurine la plus célèbre d'Espagne, cette loi signe sans aucun doute, à terme, la fin des corridas dans les Baléares.

 

Alors même que doit se tenir à partir du 27 juillet à Palma de Majorque une corrida renommée en présence des toreros internationaux, le Parlement régional des Baléares, dominé par le Parti Socialiste, Podemos, parti d'extrême gauche, et les écologistes du Més, a approuvé de justesse la législation.

 

Source : Giuseppe Chiucchiu et Massimo Sestini

 

Le texte ne se contente pas seulement d'abroger la mise à mort, il instaure également de nouvelles régulations beaucoup plus drastiques. En plus de l'interdiction des chevaux, ni les banderilleros, chargés de planter les banderilles sur le dos de l'animal, ni les picadores, toreros équipés de lance, ne pourront fouler le sable de l'arène.

 

Les matadors, quant à eux, combattront désormais trois taureaux, pour une durée maximale de 10 minutes par bête, le tout sans instrument susceptible de les blesser. Enfin, le public est également concerné par le texte, qui prohibe la vente d'alcool et l'entrée au moins de 18 ans.

 

Source : Jean-Marc Montegnies

 

La décision du Parlement régional des Baléares a rencontré une vive opposition de la part des partisans de la tauromachie. Angel Gonzalez Abad, chroniqueur taurin, fulmine :

 

Par définition, depuis que la tauromachie existe, la mise à mort en constitue l'essence. Si elle ne se produit pas, il n'y a plus de corrida.

 

Les fervents défenseurs de la corrida entendent d'ailleurs bien répliquer, d'autant qu'ils ont le soutien de Mariano Rajoy, chef de l'exécutif espagnol, qui tient à tout prix à préserver cette tradition considérée comme patrimoine culturel et protégée depuis 2013 par une loi. Législation étatique, elle prévaut donc sur tout texte régional.

 

Source : Pedro Armestre

 

Les Baléares ne sont pourtant pas la première communauté autonome d'Espagne à se prononcer contre la corrida. Elle emprunte le pas aux Canaries, où elle est interdite depuis 1991, et à la Catalogne, qui l'a bannie depuis 2010.

 

Toujours est-il qu'une longue bataille judiciaire s'apprête sans doute à se tenir, dans un contexte où le sentiment anti-corrida se fait cependant de plus en plus pressant, même en Espagne.

 

Source : Francisco Rivera Ordoñez

 

En France, la tauromachie reste parfaitement légale et autorisée depuis 1951 dans les territoires où elle constitue une tradition ininterrompue. En 2011 et 2015, elle avait même été inscrite à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel français avant d'être définitivement radiée en juillet 2016.

 

Pour soutenir le combat contre la tauromachie qui coûte la vie à près de 250 000 taureaux chaque année dans le monde, vous pouvez apporter votre aide au CRAC Europe qui milite depuis de nombreuses années pour l’abolition de la corrida.

 

Via : Le Point

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d’alimentation ultra-premium livré en 1h (découvrez nos repas pour chien et chat). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING