VICTOIRE. Cette grande ville renonce à l’interdiction totale des Pitbulls

ADVERTISING

Il y a quelques semaines, et malgré les nombreuses preuves scientifiques qu'il n'y a pas de race de chien qui soit dangereuse par essence, deux villes canadiennes majeures avaient annoncé l'adoption une nouvelle législation prévoyant l'interdiction totale des Pitbulls.

 

Face à l'indignation populaire, la mesure a pour le moment été suspendue.

 

Le 16 juin dernier, le maire de Québec, Regis Labeaume, justifiait cela par la volonté de protéger les enfants et les familles. Il a déclaré, via un communiqué :

 

Les propriétaires de Pitbulls ont six mois pour remédier à cette situation, c'est-à-dire pour se débarrasser de leurs chiens. 

 

pit-bull-ban-4Source: @NationalGeographic

 

Cette volonté d'interdire la race canine survenait après une attaque meurtrière causée par un Pitbull à Québec (ville) en juin dernier.

 

Une fois la nouvelle loi en vigueur, les 307 propriétaires de Pitbulls résidant à Québec auraient donc eu "le choix" entre se débarrasser de leur animal de compagnie ou déménager. La législation devait concerner tous les Staffordshire Bull Terriers ainsi que les chiens croisés avec ces derniers.

 

Quant à leurs maîtres, ils encourraient, eux, une amende de 1000$ au premier avertissement, et de 2000$ si l'infraction était répétée.

 

Malgré la colère populaire à Québec, la ville de Montréal a alors elle aussi adopté, le 18 juin dernier, un projet similaire. Contrairement à ceux de Québec, les Pitbulls vivant déjà à Montréal ne seront pas forcés de quitter la ville, mais ils devront obligatoirement être muselés et enregistrés.

 

pit-bull-ban-5Source: @David Kanigan

 

L'indignation généralisée à Quebec a été entendue

 

Cette loi très sévère a fait face à une forte protestation populaire, qui a fini par porter ses fruits. Le maire a d'abord tenté de faire face aux critiques :

 

Cela ne règle pas le problème des propriétaires de chiens violents qui maltraitent leurs chiens et qui sont bien souvent à l'origine de ce genre de tragédies. 

 

Mais ses propos n'auront pas suffi à éteindre le début d'incendie. Face à la consternation générale des propriétaires de chiens (mais pas que) et aux innombrables messages de haine publiés sur la page Facebook du maire, l'administration Labeaume s'est vu forcée de renoncer à mettre en place la législation bannissant la race.

 

Le maire affirme ainsi que l'annonce, en juin dernier, de l'adoption du règlement a suffi à attirer l'attention des canadiens sur ce problème et à marquer les esprits. Il a déclaré :

 

On n'éliminera pas les pitbulls. On l'a dit, on a voulu frapper fort pour que ça bouge. 

Il semblerait en outre que la base juridique de la réglementation ait-elle aussi été remise en cause par ses détracteurs. À l'heure actuelle, la ville ne dispose pas du mandat nécessaire pour saisir un chien.

 

Labeaume précise donc, par ailleurs :

 

 Il faudra que le gouvernement nous permette vraiment de réaliser ou d'exécuter les règlements. Actuellement, on n'a pas les capacités réelles légales de le faire.

 

"Une législation spécifique à une seule race n'a aucun sens" 

 

Le journal Barkpost rapporte que la SPA de Montréal oeuvre désormais pour s'assurer que les lois visant spécifiquement les Pitbulls ne deviennent pas la norme.

 

pit-bull-ban-2Source: @Pinterest

 

Dans un communiqué, les responsables de la SPA ont ainsi déclaré : "une législation spécifique à une seule race n'a aucun sens".

 

Ils se sont également engagés à tout mettre en place afin de proposer des solutions alternatives, en concluant : "nous ne pouvons pas nous permettre de faire souffrir ou d'abandonner nos animaux pour une législation qui a déjà prouvé son inefficacité par le passé".

 

On vous laisse visionner la vidéo du maire de Québec à propos de la nouvelle législation, qui ne sera donc pas appliquée pour le moment  :

 

 

Nous nous réjouissons de cette victoire et espérons de tout cœur que les autorités canadiennes réorienteront leurs politiques sur l'éducation plutôt que sur les discriminations de races.

 

Chez Holidog, nous sommes absolument convaincus qu'il n'existe pas de "mauvaise race", et qu'il y a des mauvais propriétaires. Traitez un chien avec amour et sans jamais recourir à la violence, et il vous le rendra bien.

 

Via: @BarkPost

 

Photo de couverture : @QuotesLike

 

*      *      *

 

Sur le même sujet

 

29 photos qui prouvent que les chiens dits dangereux sont en fait d’adorables boules de poils

 

dangerous-dogs-cover[1]

ADVERTISING