Victime d’un acte d’une barbarie sans nom, un chien est retrouvé les oreilles et la truffe coupés

ADVERTISING

Une récompense de  2500$ (2324 euros) ; c'est ce que promettent les autorités de Detroit, dans le Michigan, à toute personne ayant des informations qui mèneraient à l'auteur de cet acte effrayant. Le 17 janvier dernier, un Rottweiler croisé marron est retrouvé, les oreilles et le museau arrachés.

 

(Attention : certaines images sont difficiles.)

 

Mark Ramos, l'enquêteur de l'association Humane Society du Michigan, décrit les faits à la chaîne Fox 2 Detroit:

 

Son nez a été coupé, de même que ses oreilles, laissant entrevoir son crâne. Sa queue a également été partiellement sectionnée, et ses pattes arrière étaient couvertes d'éraflures.

 

C'est un passant qui a remarqué le pauvre animal, visiblement perdu. En lui apportant de la nourriture, ils ont découvert avec effroi l'étendue des dégâts.

 

dog_baron_abuse_detroit_1Source: Michigan Humane Society

 

Le chien,qui a depuis été rebaptisé Baron, est actuellement pris en charge par un vétérinaire qui fait tout son possible pour minimiser sa douleur.Dans un communiqué de presse, Mark Ramos affirme :

 

Il semblerait que quelqu'un ait délibérément causé ces blessures au chien, lui faisant ainsi subir d'atroces souffrances. Une telle cruauté, c'est insupportable. Nous devons défendre haut et fort les droits des animaux et prendre des mesures fortes pour que cela ne se reproduise plus.

 

Mais malgré la violence sans nom dont il a fait l'objet, Baron est resté tendre et attentionné. Cela pousse d'ailleurs les vétérinaires à penser que cet acte barbare n'a pas été commis par son ancien propriétaire.

 

dog_baron_abuse_detroit_2Source: Michigan Humane Society

 

Il n'y a donc plus qu'à espérer que la récompense financière permette de retrouver rapidement l'auteur de ce crime abject. Baron sera, quoi qu'il arrive, rendu disponible à l'adoption lorsqu'il aura terminé sa lente convalescence.

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

Via: Fox 2 Detroit

 

* * *

 

Sur le même sujet

 

Tout le monde doit signer cette pétition pour plus de sévérité contre la cruauté envers les animaux

 

ADVERTISING