Vaccin pour chien : pourquoi le faire vacciner ? Contre quelles maladies ?

PUBLICITE

Depuis quelques mois, le nombre de personnes refusant de faire vacciner leurs animaux semble augmenter aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, au point d'inquiéter les associations vétérinaires.

 

L'explication de ce phénomène viendrait du mouvement anti-vaccination, très répandu aux Etats-Unis, qui répand l'idée que les vaccins pourraient favoriser l'apparition de l'autisme.

 

1. Mon chien peut-il être autiste ?

 

Le théorie du lien entre vaccins et autisme chez les enfants date de 1998 et fait suite à une étude publiée dans un journal médical anglais, The Lancet. Il a depuis été démontré que l'étude était fausse et son auteur principal, Andrew Wakefield, a été banni de l'ordre des médecins anglais.

 

Cependant, la théorie persiste encore à ce jour, entraînant des épidémies de rougeole dans certains états américains et en Europe. Aujourd'hui elle s'étend jusqu'au vaccins destinés aux animaux de compagnie, et notamment aux chiens.

 

chien autisteSource : Sharon Veterinary Clinic

 

Pourtant, comme l'explique l'association des vétérinaires britanniques :

 

Il n'y a actuellement aucune preuve scientifique valable qui indique que les chiens puissent être autistes (ou qu'ils puissent l'être à cause de vaccins). Les effets secondaires potentiels des vaccins sont rares et largement contrebalancés par les avantages procurés par la protection contre la maladie. 

 

Interrogée par le Brooklyn Paper, une vétérinaire nommée Stephanie Liff, confirme ces propos :

 

Nous n'avons jamais diagnostiqué d'autisme chez un chien. Je ne crois pas que ce soit possible. 

 

Elle explique ensuite que la plupart des tendances observées dans la médecine vétérinaire découlent de celles observées dans la médecine destinée aux humains. Les maîtres d'animaux de compagnie auraient tendance à vouloir appliquer leur façon de se soigner à leur chien ou leur chat.

 

2. Pourquoi faire vacciner mon chien ?

 

La vaccination est pourtant essentielle pour les animaux, notamment car elle protège les humains des zoonoses, c'est à dire les maladies transmissibles de l'animal à l'humain.

 

Il est également beaucoup plus difficile pour un chien d'éviter de contracter certaines maladies que les vaccins empêchent. En particulier car l'alimentation du chien diffère grandement de celle de l'homme.

 

maladies chienSource : Omlet

 

Selon Stephanie Liff, le fait que les chiens mangent les crottes d’autres chiens ou animaux, par exemple, augmente fortement leur chances d'attraper des maladies.

 

Il est d'autant plus important d'éviter que les maladies se propagent qu'il est impossible de surveiller efficacement la population de chiens errants.

 

Toujours d'après Stephanie Liff, il y a "plus de maladies qui pourraient être évitées grâce à la vaccination que de raisons ne pas avoir recours à la vaccination".

 

3. Les différents vaccins pour chien

 

En France, aucun vaccin pour chien n'est obligatoire pour tous. Les chiens de catégorie 1 et 2, ainsi que les chiens qui voyagent hors des frontières doivent être vaccinés contre la rage, mais il s'agit de la seule vaccination prévue par la loi.

 

Les principaux vaccins recommandés pour préserver la santé de votre chien les protègent des maladies suivantes :

  • La maladie de Carré : un virus mortel pour laquelle il n'existe pas de traitement.
  • L’hépatite de Rubarth : une maladie du foie qui se transmet par contact avec d'autres chiens atteints.
  • La leptospirose : une maladie mortelle, transmise par les rongeurs et transmissible à l'humain.
  • La parvovirose : un virus mortel qui attaque le coeur et les intestins.
  • La toux du chenil : une maladie fréquente dans les chenil qui peut se transformer rapidement en pneumonie.
  • La leishmaniose : une maladie transmise par piqure de moustique ou de moucheron et attaque les organes et le système immunitaire du chien.
  • La piroplasmose : une maladie transmise par les tiques.

 

Un chiot peut être vacciné à partir de deux mois, lorsqu'il est sevré. Avant cela, il est protégé par les anticorps contenus dans le colostrum et le lait maternel. Assurez-vous ensuite de ne pas oublier ses rappels pour qu'il soit protégé en continu et vous avec.

 

Source : The New York Times / Brooklyn Paper

PUBLICITE