Une procédure d’adoption des chiens trop compliquée aux Etats-Unis empêche des milliers d’entre eux de trouver une famille

ADVERTISING

En 2015, Nathan et Rebekah ont pris la décision d'adopter un chien. Leur unique critère : un chien adulte sans problème majeur tel que l'angoisse de la séparation. Ils ne cherchaient même pas un animal qui s'entende bien avec les enfants car ils n'en avaient pas.

 

Mais comme beaucoup de gens qui essaient d'adopter, leur demande a été rejetée. Et pour cause, ils n'avaient pas de jardin et "les candidats idéals travaillent depuis chez eux". Tout ce que le couple Patin voulait, c'était un compagnon pour leur chiot, Violet. Mais le chemin vers l'adoption s'annonçait semé d’embûches.

 

Source : Mother Nature Network

 

Chaque année, des millions d'animaux sans abris sont sauvés et placés dans des refuges, et des milliers d'entre eux finissent par être euthanasiés. C'est pourquoi il semble surprenant que le processus d'adoption soit si compliqué. Comme les Patin, beaucoup de personnes voient leur demande rejetée pour plusieurs raisons. La plupart du temps, c'est parce que leur jardin n'est pas grillagé, ou qu'ils ne travaillent pas depuis chez eux. La demande d'une septuagénaire américaine a même été rejetée car elle était "trop vieille".

 

Mais pour Donna Darrell, fondatrice de Pound Hounds ResQ, une association new-yorkaise, si ce processus d'adoption est si complexe, c'est dans l'intérêt de l'animal. Elle a déclaré au Washington Post :

 

Si on ne sélectionne pas le bon foyer, c'est le chien qui en pâtira.

 

Bien que la plupart des foyers présents sur le territoire américain partagent ce point de vue, d'autres, comme l'American Society for the Prevention of Cruelty to Animals (ASPCA), le remettent en cause. Matthew Bershadker, président et directeur général de l'organisation à but non-lucratif, a vu sa demande d'adoption rejetée deux fois, bien qu'il ait indiqué avoir un jardin grillagé et un promeneur pour s'occuper du chien lorsqu'il s'absentait.

 

Matthew a déclaré que cette expérience lui avait ouvert les yeux, et que les conditions d'adoption étaient "vraiment trop restrictives". Avant d'ajouter :

 

1,5 millions d'animaux meurent dans les refuges aux Etats-Unis, et ces organismes construisent des barrières entre les animaux et de potentiels foyers.

 

Source : Pet FBI

 

L'ASPCA, ainsi que d'autres organismes de protection des animaux, incitent les groupes de sauvetage et les refuges à appliquer ce qu'ils appellent les "adoptions ouvertes". C'est-à-dire que le processus se base davantage sur l'échange avec les potentiels nouveaux parents que sur des critères fixes. Terminé les visites à domicile et les appels aux propriétaires des lieux pour vérifier que les animaux sont bien acceptés : on mise tout sur "le coup de cœur" entre humains et animaux.

 

Toutefois, cela ne signifie pas qu'aucun critère n'est pris en compte. Les candidats sont également évalués en fonction du registre des enquêtes sur la cruauté animale et de leur casier judiciaire afin de déterminer s'ils ont été impliqués dans des cas de violence à l'égard des animaux. Pour l'anecdote, des recherches ont montré que ce nouveau processus d'adoption est tout aussi efficace, si ce n'est plus encore.

 

En raison de la complexité du système d'adoption aux Etats-Unis, il n'est pas surprenant de voir qu'un aussi grand nombre de personnes est recalé si rapidement. Mais malgré cet argument, Donna Darrell campe sur ses positions.

 

Source : Bored Panda

 

Aux Etats-Unis, on compte environ 14 000 refuges indépendants pour animaux, et tous n'adoptent pas les deux types de processus mentionnés. L'Artic Rescue, un refuge basé dans l'Utah, demande aux potentiels nouveaux parents d'amener le chien faire une randonnée. Ceci est logique dans leur cas, car ils proposent des chiens qui ont beaucoup d'énergie et qui nécessitent de faire beaucoup d'exercice.

 

Ces alternatives prouvent que si des personnes à la recherche d'un animal sont rejetées par un organisme, un autre pourrait bien leur donner une chance. Et c'est ce qui s'est passé pour les Patin.

 

Le couple, accompagné de Violet, s'est rendu au Washington Animal Rescue League où ils ont pu rencontrer trois chiens. Et c'est la petite chienne qui a fini par trancher. Si elle paraissait timide avec les deux premiers, elle s'est immédiatement entendue avec le troisième, un Chihuahua appelé Whisky. Selon leurs parents, les deux amis se sont fait mutuellement la toilette sur le chemin du retour, et sont maintenant devenus inséparables.

 

Violet et Whisky. Source : Washington Post

 

L'absence de jardin n'a pas été un problème pour ce refuge qui a bien compris que les Patin "pouvaient offrir un bon foyer à un animal sans abris".

 

Les refuges sont peuplés d'animaux adorables qui attendent de retrouver une famille aimante. Adoptez, n'achetez pas ! Il est en effet dommage d'en faire venir d'autres au monde dans le seul but de les vendre. Les animaux ne sont pas des marchandises démodables. Adopter c'est sauver deux vies, celle de l'animal que vous accueillez chez vous, et celle de celui qui trouvera une place libre dans un refuge.

 

Si le sujet vous touche, vous pouvez aider la SPA qui gère 55 centres d’accueil en France et vous trouverez la liste de tous les refuges sur le site de 30 Millions d’Amis.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (il va adorer) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service de nutrition (découvrez l'alimentation sur-mesure pour votre chien). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING