Une plaque commémorative pour les animaux tués lors de la Première Guerre mondiale dévoilée à Yerres

ADVERTISING

Le dimanche 11 novembre 2018 marquera le centenaire de l'armistice mettant fin à la Première Guerre mondiale. Un conflit armé qui fit des millions de victimes, tant sur le front que parmi les civils, et qui ravagea des pays entiers. Mais les animaux, engagés eux aussi au sein des armées, payèrent le prix du sang, comme le rapporte le journal Le Parisien.

 

Source : Sebastien Morelli

 

Ils ont été nombreux à être "enrôlés" : 11 millions de chevaux, 250 000 pigeons, 100 000 chiens. Malheureusement, leur sacrifice pour leur "patrie" reste méconnu, peu honoré par les nations, même s'il existe depuis 2004 un monument à leur mémoire à Londres, en Angleterre.

 

Le 4 octobre 2018, la ville d'Yerres, dans l'Essonne, a dévoilé une plaque commémorative "à la mémoire des animaux morts pour la France durant les conflits de l’Histoire". Un texte, très sobre, rappelle le destin de tous ces pigeons, chevaux et chiens :

 

14 millions d’animaux furent enrôlés durant la Première Guerre mondiale. 10 millions ont péri sur les champs de bataille. 120.000 animaux survivants furent décorés après le conflit pour ‘faits de guerre’. Durant la Seconde Guerre mondiale, 30 millions d’animaux ont été mobilisés sur les terrains sur les terrains d’opérations.

 

Source : Sebastien Morelli

 

Cette commémoration a été saluée par des nombreuses associations, qui militaient depuis longtemps pour la reconnaissance du rôle joué par les animaux durant la Grande guerre. La Fondation 30 Millions d'Amis a déclaré :

 

Ils ont longtemps été les grands oubliés de l’histoire. Pourtant, à l’instar des soldats, les animaux ont pris leur part sur le front durant la Première Guerre mondiale. Chiens, chevaux, chats et même pigeons, ces compagnons d’infortune peuvent enfin espérer recevoir un hommage mérité.

 

Source : William Heinemann

 

Le maire d'Yerres, Olivier Clodong (DVD), à l'origine de la plaque, abonde en ce sens :

 

[C'était] important car les animaux ont joué un rôle primordial, des millions sont morts durant le conflit. Sans eux, la guerre n’aurait peut-être pas été la même. Les animaux sont les grands oubliés des cérémonies de commémoration Cela échappe à beaucoup de gens et je tenais à le souligner. 

 

Source : Bibliothèque et Archives Canada

 

Un enthousiasme qui n'a pas été partagé par certains élus. Jérôme Rittling (PS), dans l'opposition, a déclaré :

 

Cette plaque n’était pas une priorité. Pour nous, il est mieux de prendre des décisions liées à l’actualité.

 

La ville de Paris a quant à elle annoncé le 1er octobre 2018 qu'un monument aux animaux morts pour la France serait bientôt érigé dans la capitale.

ADVERTISING