Une étude montre pourquoi certaines personnes n’ont aucun problème à tuer des animaux

ADVERTISING

Une nouvelle recherche vient éclairer une réalité plutôt dérangeante : la peur de la mort chez les humains est à mettre en lien direct avec la façon dont ils se comportent face à la mise à mort des animaux.

 

live_carg-ships-dr-simpson_coverSource : Dr. Lynn Simpson

 

Le département de psychologie de l'université de l'Arizona, aux États-Unis, a mené une étude sur plusieurs individus. Les personnes participant à l'expérience étaient confrontées à leur propre mortalité, afin de mesurer ensuite l'influence de ce rappel sur leur perception de la mort des animaux.

 

Les chercheurs ont d'abord montré à la moitié des participants des mots ou objets en lien direct avec la mort, comme un crâne ou le mot "mort" en lui-même. À l'autre moitié, ils ont montré des images avec les mots "souffrance", "échec", ou un simple t-shirt.

 

Les scientifiques ont ensuite demandé aux participants leur avis sur plusieurs phrases, telles que "il est souvent nécessaire de contrôler la surpopulation animale par divers moyens, comme la chasse ou l'euthanasie", ou "une expérience ne devrait jamais causer la mort d'animaux".

 

killing_animals_study_death_1Source : Jo-Anne McArthur

 

Les conclusions des chercheurs sont évocatrices. Le premier groupe était plus enclin à accepter, voire même approuver, l'abattage des animaux, et ce qu'importe si les personnes déclaraient pourtant aimer ces derniers.

 

Uri Lifshin, doctorant qui a travaillé sur l'étude, explique :

 

Si vous aimez les animaux ou si vous défendez leurs droits, alors, oui, de manière générale, vous aurez moins tendance à être d'accord avec l'abattage des animaux ; cependant, lorsqu'on vous rappelle l'idée de la mort, vous serez quand même toujours un peu plus réactif.

 

Les scientifiques ont poussé plus loin leur réflexion dans l'analyse des données et ont découvert que l'estime de soi jouait également un rôle important dans l'orientation des réponses données. Si les personnes étaient flattées juste avant de répondre, alors, elles étaient bien peu enclines à supporter la mort d'un animal.

 

Cette étude permettra de décoder les comportements humains lors des génocides et de comprendre ce qui poussent certains individus à prendre part aux massacres d'autres personnes qu'ils considèrent comme "moins humains". Les résultats nous aident également à mieux saisir l'attitude des tortionnaires d'animaux envers leurs victimes innocentes.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d’alimentation ultra-premium livré en 1h (découvrez nos repas pour chien et chat). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING