Une enquête dévoile les dessous de la viande chevaline

ADVERTISING

L'association Animal Welfarm, épaulée par l'ONG Tierschutzbund Zürich (TSB), a publié le 12 juin 2019 une vidéo accablante dévoilant les coulisses des fermes de chevaux en Amérique du Sud et au Canada. La viande des équidés est destinée au marché européen, comme le rapporte le journal Le Figaro.

 

Si la consommation a chuté drastiquement dans l'Hexagone depuis les années 70,  la viande de cheval reste malgré tout appréciée par un certain nombre de Français. Pour satisfaire ces besoins, les produits sont importés. Selon Welfarm, 77 % de la viande de cheval qui se retrouve sur les marchés français sont importés du Canada et d'Amérique du Sud. Le reste provient de Belgique. Une infime partie seulement est issue de producteurs locaux. Les chevaux français sont en général exportés vers l'Italie.

 

Source : Animal Welfarm

 

La vidéo de l'association a été tournée entre avril 2018 et février 2019, dans les enclos de la société Bouvry Export, près de Calgary, au Canada. Les images dévoilent l'horreur de cette industrie : des corps de poulains pris dans la glace parsèment le sol. Certains chevaux sont squelettiques, transis de froid. Plusieurs animaux souffrent de blessures et d'infections. D'autres, enfin, sont tout simplement à l'agonie.

 

La traçabilité des animaux pose problème. En effet, certains chevaux ne sont marqués au fer que peu de temps avant d'être abattus. Le rapport pointe aussi du doigt l'incapacité à contrôler la viande et à certifier qu'elle respecte bel et bien les exigences de l'Union Européenne en matière de santé publique. La question des chevaux de course, dopés aux anabolisants, pose notamment souci.

 

Source : Animal Welfarm

 

Les contrôles sont difficiles. Lors des audits, les responsables s'arrangent pour dissimuler la réalité. Adeline Colonat, en charge de cette campagne à Welfarm, explique au journal Libération :

 

Les chevaux blessés sont éloignés, des abris sont bricolés dans l’urgence… Les importateurs français n’ignorent rien de cette situation, mais ils s’abritent derrière le logo "Respectful Life" qu’ils ont créé en 2015 pour rassurer les consommateurs. Nous allons dénoncer cette tromperie auprès des services des fraudes.

 

Source : Animal Welfarm

 

Nicolas Michel, directeur de la société Viazur, a tenu à défendre la filière de la viande chevaline en France, en indiquant qu'il était normal "qu’un cheval vive dehors". Il encourage cependant les consommateurs à privilégier les viandes locales, reconnaissables grâce à l'étiquette Viandes de France.

 

Source : Animal Welfarm

 

De son côté, l'association Animal Welfarm demande à ce que l'origine de la viande soit clairement établie et espère pousser les revendeurs à renoncer à la viande en provenance des territoires américains.

 

Ce n'est pas la première fois que l'organisation monte au créneau pour dénoncer les conditions d'élevage dans les fermes de chevaux. En 2018, elle avait publié une vidéo dévoilant la sombre réalité des fermes à sang de jument en Amérique du Sud.

 

ADVERTISING