Une enquête choc dans un élevage de visons révèle l’horreur derrière l’industrie de la fourrure au Canada

visons fourrure canada
ADVERTISING

Attention ! Certaines images peuvent être difficiles.

 

Une ferme canadienne de visons a été inculpée de 14 chefs d'accusation pour cruauté animale après une enquête réalisée par Chance for Animals. Lancée en 2017, elle a été la première a révéler le terrible processus et la négligence animale derrière le marché de la fourrure au Canada.

 

 

Source : LCA

 

A la Millbank farm, située en Ontario, on compte près de 40 000 visons. Les enquêteurs du groupe LCA ont pu y découvrir des centaines d'animaux présentant des blessures non soignées au niveau de la tête et du cou. Selon Kelowna Now, LCA a déclaré :

 

En plus de la souffrance que subissent ces animaux, les images ont rapporté des cas de blessures ouvertes et non traitées, ainsi que des cas d'infection. De plus, les documents indiquent un manque d'enclos propres pour les visons, ainsi qu'un manque de nourriture. Durant l'enquête, les enquêteurs de LCA n'ont jamais aperçu de vétérinaire sur les lieux.

 

Lorsque le groupe LCA en a référé au personnel de la ferme Millbank, ils ont simplement déclaré que "[le directeur] n'aime pas les tuer lui-même. Il préfère les laisser mourir".

 

Selon la déontologie du National Farm Animal Care Council, les animaux montrant des signes de maladie, de blessure, ou de souffrance, doivent immédiatement être confiés à un vétérinaire ou euthanasiés lorsque le traitement n'est pas suffisant ou envisageable.

 

Capture écran de la vidéo tournée par LCA – Source : LCA

 

Dans l'établissement, on peut entendre les visons hurler de douleur et faire des va-et-viens dans leurs cages, un comportement typique des animaux en état de dépression. La saleté et la taille des cages conduit fréquemment des visons à se battre entre eux.

 

Les employés jettent les visons de manière grossière dans les "boîtes de mise à mort", en les attrapant par la queue. Une fois dans cette "boîte", les petits animaux sont asphyxiés avant d'être scalpés pour leur fourrure.

 

Capture écran de la vidéo de LCA – Source : LCA

 

Après avoir mené leur propre enquête, la SPA d'Ontario a relevé les cas suivants de cruauté animale :

  • 5 chefs d'accusation pour ignorer un animal en détresse
  • 2 chefs d'accusation pour mettre un animal en détresse
  • 3 chefs d'accusation pour manque de soins adéquats
  • 3 chefs d'accusation pour manque de soins généraux permettant le bien-être des animaux
  • 1 chef d'accusation pour manque de structures adaptées et hygiéniques

 

Jennifer Bluhm, sous-chef des inspecteurs à la SPA d'Ontario, a déclaré :

 

Ils n'ont aucune excuse pour ne pas avoir traité ces animaux humainement. Nul n'échappe à la loi en matière de bien-être animal.

 

Au Canada, il existe actuellement 210 fermes à visons, qui produisent plus de 3 millions de peaux chaque année. Leur chiffre d'affaire s'élève à 150 millions de dollars (environ 127 millions d'euros). Cette industrie malheureusement très lucrative n'est donc pas prête de se terminer.

 

Source : LCA

 

La vidéo tournée par Last Chance for Animals :

 

 

ADVERTISING