Une baleine aurait protégé une plongeuse d’une attaque de requin. Les images font le tour du monde

PUBLICITE

Au début du mois de janvier 2018, Nan Hauser, une biologiste marine de 63 ans, a affirmé qu'une baleine à bosse l'aurait sauvée d'une attaque de requin alors qu'elle effectuait une sortie en mer aux larges des îles Cook, en septembre 2017. Les images, filmées par un autre plongeur, montrent l'arrivée du cétacé, qui se dirige ensuite vers Nan.

 

Source : Nan Hauser

 

Pendant dix minutes, l'animal pousse la scientifique du bout de son museau, la faisant même parfois sortir de l'eau. Nan, qui est également présidente et directrice du Centre pour la Recherche et la Conservation des Cétacés, explique :

 

Je m'étais préparée à perdre la vie. Je pensais qu'il allait me frapper et me briser les os.

 

Source : Nan Hauser

 

Lorsque la biologiste est enfin parvenue à remonter sur le bateau, elle a alors aperçu une troisième queue de poisson. D'après elle, un requin-tigre. Depuis, elle est persuadée que la baleine à bosse l'a sauvée d'une attaque qui aurait pu lui être fatale.

 

La question de l'altruisme chez les baleines

Cela ne serait pas la première fois qu'une baleine à bosse tente de venir en aide à un membre de son espèce, un être humain ou à un autre animal. Une étude menée en 2016 et publiée dans le magazine Marine Mammal Science, a répertorié 115 exemples de ce type au cours des 62 dernières années. Qu'il s'agisse de protéger leurs petits ou des phoques, lions de mer, ou d'autres espèces de baleines, des groupes de baleines à bosse n'ont pas hésité à conjuguer leurs efforts pour s'interposer avec des orques.

 

Source : Nan Hauser

 

Les scientifiques ont émis plusieurs hypothèses pour expliquer ce geste : volonté de protéger les plus faibles, souvenirs d'attaques subies par l'animal, réponses à des appels de détresse, ou tout simplement, altruisme. Pourtant, certains biologistes se montrent sceptiques quant à la vidéo de Nan Hauser.

 

Martin Biuw, membre de l'Institut en Recherche Marine, à Nowary, explique que pour lui, la baleine à bosse présente sur les images n'est pas un mâle, comme le suppose Nan Hauser, mais une femelle. Il déclare au National Geographic :

 

Si c'est le cas, il est possible qu'elle fasse preuve d'un comportement protecteur envers un humain (ou un autre animal, d'ailleurs), si elle a par exemple récemment perdu son petit.

 

Il questionne l'aspect altruiste de l'attitude du cétacé, mais il ne remet pas pour autant en cause la version de Nan Hauser, le manque d'informations ne permettant pas de trancher complètement.

 

Regardez la vidéo de Nan Hauser :

 

PUBLICITE