Un petit Bouledogue français meurt lors d’un vol dans le compartiment bagages d’un avion

ADVERTISING

Lundi 12 mars, un petit Bouledogue français voyageant à bord d'un avion de la compagnie aérienne américaine United Airlines est décédé en vol. Il avait été placé de force dans un compartiment bagages au dessus de sa maîtresse, mais n'a pas survécu à ce confinement.

 

bulldog mort compartiment bagagesSource : Louis Nastro/Reuters

 

La maîtresse du petit chien est montée à bord accompagnée de deux enfants, dont un bébé, et de l'animal qu'elle avait pris soin de mettre dans un sac de transport. Une témoin de la scène interrogée par The New York Times, Maggie Gremminger, a raconté les faits :

 

Elle implorait le membre de l'équipage de ne pas mettre le sac au-dessus. Elle disait 'Mon chien est dedans, non, c'est mon chien'. En réponse, le membre d'équipage continuait de lui demander de le faire parce que c'était un danger là où il était, que c'était une sortie d'urgence, qu'on pouvait glisser.

 

bulldog mort compartiment bagagesSource : Facebook/Lara June

 

Malheureusement, le petit chien n'a pas survécu à ce voyage. Et la compagnie aérienne a reconnu sa responsabilité dans cet accident : "C'est un tragique accident qui n'aurait jamais dû arriver", a-t-elle confié lors d'un communiqué de presse dans lequel elle a également exprimé ses "profondes condoléances à la famille".

 

Il semblerait que ce ne soit pas la première fois que la compagnie aérienne s'attire les foudres des clients. Il y a peu, un médecin américain de 69 ans avait été sorti manu militari d'un avion surbooké de la compagnie. Une vidéo avait fait le tour du web et avait provoqué un énorme tollé.

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

ADVERTISING