Un homme de 44 ans condamné à de la prison ferme pour avoir laissé ses animaux sans eau ni nourriture

PUBLICITE

Un homme de 44 ans, originaire de Neuillay-les-Bois (Indre), a été condamné à six mois de prison ferme à Châteauroux.

 

Les services vétérinaires avaient été alertés par des promeneurs, alarmés par l'état terrible dans laquelle se trouvait l’ânesse du coupable. L'animal, extrêmement faible, n'arrivait plus à se relever et pataugeait dans ses excréments et la boue.

 

Sur place, l'équipe de vétérinaires avait également découvert 34 moutons, sans eau ni nourriture et à la santé très précaire. Les animaux n'avaient, de plus, pas été déclarés.

 

Source : Norbert Falco

 

L'homme a tenté de se défendre en affirmant qu'il ne savait pas lire et qu'il était dans l'incapacité de remplir les documents administratifs. Il a aussi justifié ses actions en précisant qu'il avait toujours procédé ainsi avec ses animaux.

 

L'ânesse a malheureusement dû être euthanasiée pour abréger ses souffrances.

 

Le coupable avait déjà été condamné l'an passé pour des faits similaires. Cette fois, le tribunal s'est cependant montré plus sévère. En plus des six mois de prison ferme – avec aménagement de peine –, l'homme a interdiction à vie de posséder des animaux.

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

PUBLICITE