Un gardien de zoo décède après avoir été attaqué par un tigre dans un « centre pour animaux sauvages »

gardien zoo chine
ADVERTISING

Jeudi 8 mai, un gardien de zoo est décédé après avoir été mutilé par un tigre du Xiongsen Bear and Tiger Mountain Village, situé à Guilin, dans le sud de la Chine.

 

L'homme, âgé d'environ 50 ans, était venu nettoyer l'enclos du tigre accompagné de l'un de ses collègues, qui l'aurait laissé là aux environs de 11 heures du matin. De retour à l'enclos vers 14h30, il a découvert le corps sans vie de l'homme. Après examen, il semblerait bel et bien qu'il ait été attaqué par un tigre.

 

Selon le South Morning China Post, des membres de sa famille se sont rendus au parc mercredi afin de réclamer une compensation, et avant toute chose, une explication quant aux circonstances de sa mort au zoo, qui ne leur aurait pas fourni de plus amples explications.

 

Source : news163

 

Le neveu de l'homme, surnommé Zhuge, a soulevé un bon nombre de questions quant à son décès : "Il est mort parce qu'il n'a rien fait ? Est-ce qu'il était mort quand on l'a découvert ? Pourquoi ne l'a-t-on pas conduit à l'hôpital ?".

 

Ce n'est pas la première fois qu'un incident de ce type se produit. En 2004, un gardien de zoo avait été attaqué par un lion alors qu'il était en train de le nourrir.

 

Le professeur Zhou Fang, de l'institut de la science animale et de la technolohie de l'université de Guangxi, a exigé une évaluation complémentaire par une tierce-personne, afin de s'assurer que l'établissement est bien équipé en cas d'urgences telles que celle-ci. Il a toutefois précisé que ce type d'expertises était difficile à mandater dans le pays.

 

Depuis la fin de l'année 2017, le centre a fermé ses portes pour effectuer des travaux de rénovation. Depuis les dernières années, il a également construit des bâtiments supplémentaires, comme un hôtel 5 étoiles, des centres de recherche sur la médecine chinoise et des établissements de production.

 

Source : news163

 

Le parc est devenu tristement célèbre pour vendre des "médicaments" traditionnels, tels que du vin vraisemblablement fabriqué à base d'os et autres parties du corps de tigres, en dépit de l'illégalité de leur commerce.

 

Deux enquêtes ont été menées par le South China Morning Post en 2007, et en 2016, alors que des journalistes avaient retrouvé des dizaines d'animaux très clairement sous-alimentés et enfermés dans des enclos de fortune.

 

Selon ces rapports, les squelettes de tigres sont plongés dans l'alcool afin de produire des élixirs très onéreux, toujours commercialisés à travers la Chine. Depuis 1993, la vente d'os de tigre est pourtant illégale en Chine.

 

Le parc où a eu lieu l'incident se qualifie de maison pour des milliers d'animaux sauvages, incluant 1300 tigres, 400 ours noirs, 200 lions d'Afrique, ainsi que des singes, des oiseaux et des crocodiles.

 

Interrogé sur ses normes de sécurité, le zoo a refusé de répondre aux questions.

 

Il y a un mois à peine, un autre gardien de zoo a trouvé la mort après s'être fait attaquer par un tigre. Un incident tragique de plus qui remet sérieusement en question la captivité des animaux sauvages, et leurs conditions de vie dans ces endroits dédiés au divertissement.

 

ADVERTISING