Un formulaire pour signaler les mutilations de chevaux

ADVERTISING

Depuis plusieurs mois, les attaques de chevaux se multiplient dans toute la France. Entre janvier et juin, pas loin de 11 équidés ont été victimes de ces actes barbares. En août, 33 agressions de ce type ont été répertoriées, et de plus en plus de régions de l’Hexagone sont touchées. Face à la multiplication de ces actes d’une cruauté sans nom, Pet Alert ne pouvait pas rester les bras croisés. Un formulaire de signalement des agressions a été mis en place. Le but est de permettre un rapprochement rapide des affaires et d’alerter les propriétaires des zones touchées. Julien Muller, le fondateur de Pet Alert, explique :

 

Nous avons été sollicités par plusieurs associations et médias pour communiquer sur nos réseaux départementaux. Nous souhaitons vraiment que cette barbarie cesse et souhaitons aider les enquêteurs et la justice à identifier rapidement ces criminels. Nous avons créé une cellule de crise au sein de Pet Alert qui a pour but de réceptionner les signalements, de centraliser les incidents et surtout d’alerter localement et rapidement en cas d’actions de mutilation en cours pour permettre aux habitants de sécuriser leurs animaux.

 

Si l’un de vos chevaux est victime d’une agression, ou si vous connaissez un animal pris pour cible, n’hésitez pas à utiliser le formulaire en cliquant ici. Chaque signalement est une aide supplémentaire pour tenter de mettre un terme à cette vague de barbarie.

 

Source : Pixabay

 

Affaire des chevaux agressés dans toute la France

Parmi les détails sordides qui semblent lier ses affaires entre elles, un interpelle particulièrement : dans bon nombre des cas avérés d’intervention humaine, l’oreille droite des animaux est sectionnée. D’autres mutilations, au niveau des yeux ou des parties génitales, ont aussi été rapportées. Pour l’heure, les enquêteurs ne disposent pas d’un faisceau d’indices suffisants pour établir un mobile clair ou remonter la piste d’un ou plusieurs suspects.

 

Des hypothèses ont été évoquées : fétichisme, rituel satanique, œuvre d’une secte, pur sadisme, ou encore défi sur Internet. Fin août, un portrait-robot a été diffusé suite à l’agression de chevaux par deux hommes, mis en fuite par le propriétaire des animaux. Les deux coupables présumés courent toujours.

 

Les propriétaires de chevaux, de leur côté, se montrent très inquiets. Certains prennent des dispositions pour surveiller les établissements, à l’aide de caméras, par exemple. La Fédération Française d’Équitation a quant à elle décidé de porter plainte. Les autorités prennent l’affaire de plus en plus au sérieux. Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture, a notamment rencontré les propriétaires d’animaux victimes à la fin du mois d’août 2020. Le 9 septembre, il a annoncé la mise en place d’un Numéro Vert à destination des propriétaires de chevaux mutilés et tués.

 

153 enquêtes sont aujourd’hui ouvertes en France en lien avec cette affaire.

ADVERTISING