Un éleveur de viande de chien condamné par un tribunal sud-coréen

ADVERTISING

La semaine dernière, en Corée du Sud, un éleveur de viande de chien de la ville de Bucheon a été reconnu coupable de "tuer des animaux sans raison valable" et de violer la réglementation sur l'hygiène et les normes de construction. L'homme a été condamné par le tribunal de la ville. Un premier pas pour les défenseurs de la cause animale.

 

corée du sud chien

 

En Corée du Sud, la consommation de viande canine est monnaie courante. Il s'agit en effet d'une tradition culinaire profondément ancrée dans la culture du pays, puisque près d'un million de chiens seraient consommés par les habitants chaque année.

 

Or, nous assistons de plus en plus à un changement des mœurs au sein du pays, et manger de la viande de chien est devenu un sujet quelque peu tabou. Les jeunes générations tendent à ne plus percevoir ces animaux comme des bêtes de ferme, mais plutôt comme des compagnons. De leur côté, les défenseurs des animaux redoublent d'efforts pour mettre fin à cette pratique jugée cruelle dans bien des pays occidentaux.

 

L'affaire s'était déroulée l'an dernier, mais le jugement n'a été rendu public que cette semaine. A l'époque, l'association Care avait porté plainte contre un éleveur de Bucheon qu'elle avait accusé de "tuer des animaux sans raison valable" ainsi que de manquement aux règles d'hygiène.

 

corée sud viande chien

 

Le parquet avait inculpé l'éleveur et le tribunal de la ville l'avait reconnu coupable, et condamné à une amende de 3 millions de wons (2300 euros). Son avocate, Kim Kyung-eun, a salué ce jugement. Selon 20 Minutes, elle a déclaré à AFP :

 

Il est très important en ce qu’il s’agit de la première décision de justice qui stipule que tuer des chiens pour leur viande est illégal en soi. [Le jugement] ouvre la voie à ce que la consommation de viande canine soit rendue complètement illégale.

 

En parallèle de cet affaire, un membre du Parti démocrate du pays a proposé récemment une loi à l'Assemblée Nationale dans le but de limiter l'abattage d'animaux à la catégorie cheptel, dont les chiens ne font pas partie.

 

Pour rappel, l'année dernière Taiwan avait interdit la consommation de viande de chien et de chat. Une victoire qui prouve que le combat pour la cause animale est loin d'être perdu.

 

ADVERTISING