Un compte Instagram dénonce les agissements des chasseurs

ADVERTISING

La mort de Morgan Keane, tué dans son jardin par un chasseur alors qu’il coupait du bois, a profondément marqué les esprits. Ses amis ont décidé d’ouvrir un compte Instagram pour dénoncer les agissements des chasseurs. Appelé Un jour, un chasseurce compte propose aux internautes de relater les abus de la chasse dont ils ont malheureusement fait l’expérience. Au départ simple adresse courriel destinée à recevoir les témoignages, les amis de Morgan Kean ont finalement choisi d’exposer le comportement des chasseurs pour éveiller les consciences.

 

 

Les cinq personnes à l’origine du compte expliquent dans une tribune publiée sur le site Savoir animal :

 

Pour nous comme pour d’autres, la mort de Morgan a été un choc violent. Au chagrin s’est ajouté le besoin impérieux d’agir, de changer les choses, vite, pour qu’un tel drame ne se reproduise jamais. Nous avons pris conscience que le problème était bien plus profond que nous l’avions imaginé et nous avons décidé de publier ces témoignages sur les réseaux sociaux.

 

Elles ajoutent :

 

En trois semaines, notre compte Instagram a largement dépassé les 1000 abonnés, et nous avons reçu d’innombrables marques de soutien de la part de particuliers comme d’associations, d’élus, de politiques, ou de personnalités publiques. 

 

 

Puis :

 

Les témoignages reçus, tous plus effarants les uns que les autres, relatent l’inquiétude et la peur viscérale ressenties en période de chasse, y compris par certains chasseurs, et font état de différents types d’infractions : maltraitante animale, non-assistance à personne en danger, violation de la propriété privée, chasse en-dehors des horaires réglementaires, menaces de mort, intimidation, insultes, coups et blessures, violation du droit de voisinage forestier, blessures mortelles par balle d’animaux domestiques, dans certains cas volontaires, et j’en passe.

 

Avant de conclure :

 

La dépénalisation des comportements abusifs liés à la chasse pousse bon nombre de chasseurs à nier toute responsabilité collective en dépit de l’insécurité ressentie par la population. […] Certes, il y a mille façons de mourir, mais il n’y en a guère de plus cruelle que celle de se faire tuer chez soi ou en se baladant dans les bois, lors d’une activité supposée sans risque, à cause d’une autre activité à laquelle on ne prend pas part.

ADVERTISING