Un chasseur confond une jument avec un sanglier et l’abat dans son enclos

ADVERTISING

Samedi 20 janvier, à Valflaunès (Hérault), une jument a été abattue dans son enclos par un chasseur lors d'une battue. Le tireur l'aurait confondue avec un sanglier. La Fondation 30 Millions d'Amis s'est portée partie civile auprès du Parquet pour soutenir la plainte des propriétaires.

 

Source : France Bleu

 

L'animal, une jument âgée de 16 ans appelée Olympe, se trouvait dans son enclos lorsqu'un chasseur l'a abattue à une distance de 55 mètres, rapporte la Fondation sur son site internet. Les propriétaires de l'animal, qui se disent "effondrés" par cet accident, se trouvaient chez des amis au moment des faits.

 

"Un véritable préjudice affectif"

 

Olivier Durand et sa compagne Laëtitia, n'en reviennent toujours pas :

 

La perte de notre jument nous cause un véritable préjudice affectif. […] On a eu Olympe toute petite, tellement petite qu’on pouvait la porter sur nos épaules. Cela faisait 15 ans qu’on l’avait. Je ne réalise toujours pas…

 

Source : 30 Millions d'Amis

 

Mais alors que le président de l'association de chasse locale La Diane de l’Hortus qualifie l'incident de "méprise", Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, s'insurge :

 

A partir du moment où un chasseur peut confondre une jument avec un sanglier, nous pouvons être horrifiés par l’idée que, demain, il puisse confondre un animal avec un enfant. Des mesures doivent impérativement être prises car en période de chasse nous sommes contraints de partager notre territoire avec des hommes armés !

 

Un manque de régulations à l'égard des chasseurs

 

En France, depuis 1982, les chasseurs ne sont soumis à aucune loi générale visant à instaurer un périmètre de sécurité autour des habitations en période de chasse. C'est aux municipalités d'instaurer les règles qui seront appliquées sur leur territoire. Et dans le département de l'Hérault, la politique semble plutôt profiter aux chasseurs :

 

Nul n'a la faculté de chasser sur la propriété d'autrui sans le consentement du propriétaire ou de ses ayants droit. » En pratique, c’est à chacun d’exprimer – sans ambiguïté – son refus de voir chasser chez lui.

 

Olivier Durand, de son côté affirme avoir formulé une telle requête auprès des chasseurs de la région, à plusieurs reprises.

 

Selon France 3 régions, qui relaye également cette affaire, la compagne d'Olivier Durand croiserait depuis des mois des chasseurs sur leur propriété de sept hectares.

 

Les deux propriétaires, qui déclarent ne plus se sentir en sécurité chez eux en période de chasse, ont déposé plainte auprès de la gendarmerie de Castelnau-le-Lez.

 

Toujours selon 30 Millions d'Amis, la saison de la chasse de 2017/2018 aurait déjà engendré nombres de pertes humaines et animales depuis son ouverture.

 

En France, l’association Rassemblement pour une France sans Chasse milite pour l’abolition de la chasse. D’après l’association, 40 millions d’animaux sont abattus par les chasseurs français chaque année. Le RAC pointe également les accidents de chasse qui se produisent chaque saison.

 

De son côté, l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages a lancé une pétition pour demander l’arrêt de la chasse le dimanche.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (il va adorer) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service de nutrition (découvrez l'alimentation sur-mesure pour votre chien). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING