Un cerf poursuivi par des chasseurs à courre se réfugie en centre-ville avant d’être sauvé

PUBLICITE

Le 3 février 2018, un cerf a échappé au pire à Pont-Sainte-Maxence, dans l'Oise. Alors qu'il était poursuivi par des chasseurs à courre, de l'équipage des Trois forêts, l'animal s'est réfugié dans la commune après avoir été traqué durant des heures par les chiens, comme le rapporte le journal Le Parisien.

 

Le maire de Pont-Sainte-Maxence, Arnaud Dumontier (LR), s'est tout de suite mobilisé pour sauver le cervidé. Il confie :

 

J'avais à cœur que l'animal s'en sorte et qu'il n'y ait pas de trouble public à Pont-Sainte-Maxence avec des affrontements entre ceux qui sont pour la chasse et ceux qui sont contre.

 

Source : Collectif AVA

 

Il a ainsi fait appel à la gendarmerie afin de boucler le quartier où se trouvait l'animal, pendant que les chasseurs, restés hors de la commune – ne pouvant légalement y pénétrer – sont venus chercher leurs chiens. Le cerf a ensuite été endormi par une équipe des services vétérinaires des pompiers de l'Oise. Arnaud Dumontier explique :

 

J’ai tout de suite précisé qu’aucun mal ne serait fait au cerf. La seule arme utilisée est un fusil hypodermique, poursuit l’élu. L’ambiance n’a pas dégénéré. J’ai dialogué avec les militants anti-chasse présents. L’animal est resté calme, tantôt couché, tantôt debout.

 

Source : Collectif AVA

 

Le cerf, effrayé par la première fléchette dont la dose n'a pas suffi, s'est enfui jusqu'à la mairie, avant d'être enfin endormi par un second projectile. Il a finalement reçu une injection d'antibiotiques, avant d'être bagué et marqué de peinture bleue ; désormais, il ne peut plus être chassé jusqu'à la fin de la saison de la chasse.

 

Source : AVA/SDIS

 

Les chasseurs à courre sont repartis rapidement, et Arnaud Dumontier s'en félicite. Il voulait absolument éviter un incident similaire à celui de la Croix-Saint-Ouen : des véneurs avaient pénétré dans un jardin privé afin d'abattre un cerf qui s'y était réfugié.

 

Source : AVA/SDIS

 

 

Le marie de Pont-Sainte-Maxence envisage cependant la possibilité de poursuivre en justice l'équipage des Trois Forêts. Il déclare au Parisien :

 

Plusieurs témoignages recueillis affirment que la meute de chien était présente dans les rues de la ville. Ma direction des affaires juridiques va se pencher sur le sujet. Et s’il y a infraction, il y aura automatiquement un dépôt de plainte.

 

Via : France 3 / Le Parisien

 

PUBLICITE