Téléthon : polémique autour des tests sur les animaux

ADVERTISING

Grand rendez-vous sur paysage télévisuel français depuis plusieurs années, le Téléthon a démarré vendredi 6 décembre sur France 2, pour s’achever le 8, peu après 1 heure du matin. Montant des sommes récoltées pour faire avancer la recherche : plus de 74 millions d’euros.

 

Mais derrière ces dons, se cache une réalité que dénoncent depuis longtemps plusieurs associations de défense des animaux. Le Téléthon se retrouve en effet depuis plusieurs années au cœur d’une polémique entourant les tests des médicaments, effectués sur des chiens.

 

En 2016, l’organisation PETA avait diffusé une vidéo tournée à l’école vétérinaire de  Maisons-Alfort, tourné en 2013 par l’association Animal Testing. Joanna Trouchaud, porte-parole de PETA, a déclaré dans les colonnes du journal Le Figaro :

 

Cette vidéo est toujours d’actualité puisque les expériences se poursuivent encore actuellement. Nous dénonçons le manque de transparence de l’AFM. Avant de faire un don, les citoyens ont le droit de savoir à quoi il servira et s’il financera des essais sans animaux ou avec.

 

Source : L’Obs

 

En 2017, Pascaline Wittkowski, elle-même atteinte de myopathie, était montée au créneau  pour dénoncer les expérimentations sur les chiens dans une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux.

 

Je n’ai pas demandé que les animaux souffrent pour moi. Je ne veux pas, ça fait mal… Ça fait mal de savoir que des êtres vivants, des individus, des êtres sensibles, conscients, vont être privés de leur vie, vont souffrir, vont vivre une vie de souffrance, […] juste pour moi, pour essayer de soigner une maladie.

 

Elle concluait :

 

Si vous voulez vraiment aider les malades, ne donnez plus au Téléthon et financez la recherche scientifique qui n’utilise pas les animaux.

 

Face à ces accusations, Alexandre Méjat, membre de la direction scientifique de l’Association française contre les myopathies (AFM) Téléthon, lui-même myopathe, a tenté de défendre son organisation :

 

Il s’agit d’une polémique sur des images largement surinterprétées.

 

 

Il ajoute, dans le journal Le Monde :

 

[Les élevages et les écoles vétérinaires] sont dotés de personnes expérimentées pour prendre en compte leurs difficultés et les soulager au maximum. Les premiers chiens utilisés sont nés avec cette maladie, c’est pour cela qu’ils ont une faiblesse de la mâchoire et de l’ensemble du système musculaire. La mutation est apparue spontanément et est similaire à la myopathie de Duchenne développée par les humains. Ensuite, de nouveaux chiots atteints de cette maladie sont nés par reproduction naturelle. Leur nombre est extrêmement limité. Habituellement, cela concerne une dizaine d’individus pour un produit de thérapie génique testé.

 

Le site de l’AFM Téléthon rappelle par ailleurs que la recherche expérimentale sur les animaux est obligatoire, encadrée et nécessaire, au sein de l’Union Européenne. Les médicaments doivent être testés sur deux races d’animaux différentes avant d’être testés sur l’homme.

ADVERTISING