Strasbourg : trop d’abandons à la SPA

ADVERTISING

Afin de faire face à l’augmentation importante des abandons, la SPA de Strasbourg a lancé un appel aux familles d’accueil, comme le rapporte le site d’informations France 3.

 

Alors que la levée de certaines restrictions sanitaires a permis les départs en vacances, certains en ont profité pour se débarrasser d’animaux devenus trop encombrants. Partout dans le pays, les refuges et les associations sont saturés. Alors, pour faire face, certains choisissent les grands moyens.

 

Source : Pixabay

 

La SPA de Strasbourg, indépendante de la SPA nationale, s’inquiète notamment pour les chats. Le 14 juillet, le refuge en accueillait 215, contre 80 la semaine précédente. La jauge d’accueil, de 160 félins, est donc largement dépassée. Marie Amalfitano, la présidente de l’association, confie :

 

Une partie de ces chats provient de notre politique de stérilisation des chats errants. On a récupéré un certain nombre de ces chats pour les soigner et les stériliser, puis les relâcher. Mais il y a énormément d’abandons : des mamans, des chatons… Il y en a vraiment beaucoup.

 

Source : Pixabay

 

Avant d’ajouter :

 

C’est un gros problème. Car les gens qui nous les amènent vont les relâcher dans la nature. La fourrière va alors les récupérer, nous les ramener mais on devra encore refuser, et il faudra qu’elle trouve une solution. Je crains des euthanasies.

 

Pour la présidente, nul doute que le confinement qui a suivi la crise sanitaire a joué dans le nombre d’animaux abandonnés aujourd’hui.

 

Pendant le confinement, les gens ont pris des animaux. Mais maintenant, les gens peuvent ressortir. Alors voilà, les animaux, ce n’est plus leur priorité.

 

Source : Pixabay

 

Mais d’autres se voient contraints d’abandonner leurs animaux à contrecœur, heurtés de plein fouet par la crise économique provoquée par l’épidémie de covid-19. Marie Amalfitano craint aussi l’arrivée du mois d’août, seconde vague de départs en vacances :

 

Ça va recommencer. Et on ne sait plus trop quoi faire. On n’est pas les seuls, tous les refuges sont complets.

 

Pour tenter d’alléger la pression sur l’association, celle-ci a donc décidé de lancer un appel pour trouver des familles d’accueil. En accueillant un chat chez elles, ces personnes permettront de libérer une place dans le refuge pour sauver un autre félin. Être famille d’accueil n’engage pas à l’adoption : c’est avant tout une manière d’aider un animal à quitter une cage et profiter d’un peu de confort en attendant de trouver son foyer définitif.

ADVERTISING