SPA : campagne contre la vente d’animaux en ligne

PUBLICITE

La Société Protectrice des Animaux a lancé au début du mois d’octobre 2020 une grande campagne de sensibilisation contre la vente d’animaux en ligne et en animaleries, comme le rapporte le site d’informations France 3.

 

Dans un communiqué, l’association a ainsi déclaré :

 

La SPA demande l’interdiction de la vente d’animaux en animalerie et l’encadrement strict des annonces en ligne, pour mettre un terme au marché de la souffrance animale. La SPA s’engage dans un combat éthique contre l’instrumentalisation de l’animal.

 

Source : Getty Images

 

Son président, Jacques-Charles Fombonne, se référant au code civil qui fait de l’animal un être sensible et non plus un objet, veut ainsi empêcher les ventes. Il explique :

 

À partir de là, deux moyens : d’abord, l’interdiction de vendre des animaux dans les animaleries, c’est-à-dire la fermeture des animaleries. Les animaleries disent que l’animal n’est qu’un produit d’appel pour faire rentrer des gens dans le magasin et à partir de là, ils achètent des bottes, des clôtures pour leur jardin ou du matériel de jardin. Puis l’interdiction des particuliers comme vendeur sur les sites de vente en ligne. On veut faire en sorte que l’achat d’animaux sur Internet soit réservé à la vente d’animaux proposée par des éleveurs professionnels.

 

Dans le viseur de la SPA se trouvent donc aussi les annonces en ligne. Naïs Venanzi, la responsable du refuge de la SPA d’Yvré-l’Évêque, s’indigne :

 

Nous, on est souvent sollicité par des demandes de prise en charge par des gens qui ont pris des animaux sur des sites de vente en ligne. Après, ils ne souhaitent pas assumer et aller plus loin. C’est un métier le placement des animaux, qui demande énormément de compétences. Il faut faire correspondre plein de critères, ce que ne font pas les animaleries ou les sites de vente en ligne.

 

Source : Keystone

 

Les éleveurs professionnels et sérieux sont au côté de la SPA pour cette campagne de sensibilisation. Françoise Hamon, éleveuse de Bergers Blancs Suisses depuis 26 ans Loire-Atlantique, déclare :

 

Je pense que les vendeurs en animalerie n’ont pas forcément l’expérience et les qualités de l’éleveur qui lui, fait naître ses chiots et qui est le plus apte à donner les conseils pour que les chiots évoluent dans leur nouvelle famille. Concernant les ventes en ligne, pour moi, le fait d’être éleveur, c’est un métier et le particulier n’est pas apte à faire ces choses-là.

 

Pour la SPA, la vente en animalerie et en ligne permet également le maintien d’un trafic dramatique d’animaux domestiques. Certaines grandes animaleries, comme Maxi Zoo, sont en accord avec la SPA concernant la vente de chiots et de chatons – Maxi Zoo a d’ailleurs abandonné cette pratique depuis 2014. Jan Wejbrandt, président de Maxi Zoo France, se montre cependant plus mesuré sur les autres espèces d’animaux, estimant qu’il serait difficile de les trouver autre part que dans des animaleries. Il craint que l’interdiction totale de la vente d’animaux pousse au développement de filières parallèles ou l’achat d’animaux à l’étranger.

PUBLICITE