Somme : un chevreuil meurt malgré l’intervention des autorités

PUBLICITE

À Longueau, dans la Somme, les critiques ne cessent de s’abattre sur les autorités depuis la mort d’un chevreuil, le 3 mai 2020. Tout commence lorsque l’animal s’aventure dans la ville, égaré. Les riverains tentent alors de lui venir en aide, comme le rapporte le site de la Fondation 30 Millions d’Amis.

 

Le chevreuil se trouvait depuis plusieurs jours à Longueau lorsqu’il a été retrouvé blessé dans la cour d’un collège. Les habitants restent près de lui en attendant l’arrivée des autorités. Mais c’est un lieutenant de louveterie, un chasseur, en général appelé pour abattre les animaux sauvages, qui se rend sur place. Le chevreuil est finalement emmené loin des riverains. Ceux-ci apprendront un peu plus tard que le chevreuil est mort. Mais a-t-il été abattu ? La préfecture a annoncé que l’animal était décédé de ses propres blessures. Mais cette version ne convainc pas totalement Serge Lefeuvre, 1er adjoint au maire de Longueau :

 

Lorsque je suis arrivé, un lieutenant de louveterie mandaté par la préfecture pour gérer le problème était déjà sur place, et l’animal avait été placé dans un sac dans le coffre de sa voiture. Il bougeait encore et j’ai même pu le caresser donc pour moi, ça valait le coup d’essayer de relâcher cette pauvre bête quelque part.

 

Il poursuit :

 

J’avais entre-temps reçu un coup de téléphone du sous-préfet de Péronne qui m’a dit que sa décision était prise et qu’il avait donné l’ordre d’abattre l’animal. Je lui ai répondu que je n’étais pas d’accord avec cette décision et que je souhaitais que l’on demande au moins l’avis d’un vétérinaire mais il n’a rien voulu savoir. On m’a demandé de quitter les lieux et on m’a menacé d’appeler la police. C’est inadmissible. Pour moi, il y a eu pression du chasseur en question, on a déjà vu ce genre de chose avec la chasse à courre.

 

Source : Droits Réservés

 

Bernard Musset, le sous-préfet, se défend :

 

L’animal dont on sait qu’il errait dans les rues de Longueau depuis quelques jours était épuisé et mourant lorsque [le lieutenant de louveterie] est arrivé sur place. Il était à terre avec la patte arrière blessée et couverte de sang, et il ne pouvait absolument plus bouger. 

 

Il explique à la Fondation 30 Millions d’Amis :

 

J’ai demandé aux deux lieutenants de louveterie de me faire parvenir leur rapport sur leur action de dimanche, lequel précisera le décès, des suites de ses blessures, du chevreuil qu’ils ont trouvé agonisant à leur arrivée au collège.

 

Malgré tout, les habitants de Longueau ne décolèrent pas. Parmi eux, Nathalie Marchand (PCF), conseillère municipale, qui s’insurge :

 

Je me permets de vous faire part de mon chagrin, mon amertume et ma déception d’une telle décision, alors même qu’aujourd’hui et depuis la crise sanitaire, la nature reprend place et vie. Les animaux ont toute leur place dans notre espace de vie, et je doute que cette décision soit celle qu’il fallait prendre.

 

Serge Lefeuvre a quant à lui décidé de porter plainte contre le sous-préfet.

PUBLICITE