SeaWorld reconnaît avoir infiltré des groupes de protection animale

PUBLICITE

L'entreprise américaine de parcs aquatiques SeaWorld a reconnu, jeudi 25 février, avoir infiltré des groupes de défenseurs de la cause animale.

 

Un nouveau rebondissement qui vient ternir encore davantage la réputation de la compagnie, sous le feu des critiques depuis plusieurs années en raison du triste sort qu'elle réserve aux mammifères marins.

 

seaworld-peta-spy-1Source : @PETA

 

Dans un communiqué, la direction de SeaWorld a expliqué :

 

Le conseil d’administration a donné pour instruction à l’équipe de direction du groupe de mettre un terme à cette pratique consistant à faire passer plusieurs employés pour des militants des droits des animaux.

 

Selon l'entreprise, cette manoeuvre avait pour but "d'assurer la sécurité des employés, des clients et des animaux du groupe après les menaces crédibles [qu'elle avait reçues]".

 

seaworld-peta-spy-3Source : @PixaBay

 

L'été dernier, l'association PETA (Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux) avait accusé le parc SeaWorld de San Diego, en Californie, d'avoir infiltré ses rangs pour participer à des rassemblements et inciter les défenseurs des animaux à mener des actions violentes. L'objectif ? Discréditer les militants aux yeux de l'opinion publique.

 

Selon PETA, c'est Paul McComb, employé de SeaWorld, qui aurait eu la tâche de se faire passer pour un militant de la cause animale. Lors de plusieurs manifestations, il aurait diffusé des messages encourageant la violence et à "l'action directe" sur les réseaux sociaux.

 

seaworld-peta-spy-7Source : @RT.com

 

 

Toujours selon PETA, Paul McComb utilisait le pseudonyme Thomas Jones pour prendre la parole au nom des défenseurs des animaux. Sur le tweet ci-dessous, daté du 23 août 2015, on peut lire : "Blackfish va faire fermer SeaWorld. Et si ce n'est pas le cas, les manifestants vont simplement bruler [le parc]  jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien".

 

 

Paul McComb avait alors été suspendu par l'entreprise mais a depuis repris son travail. Pour Tracy Reiman, vice-présidente exécutive de PETA, les aveux du 25 février viennent donner raison à son association. Elle ajoute :

 

Ce dernier rapport confirme que l’entreprise a employé plus d’un espion pour infiltrer et créer l’agitation au sein de PETA.

 

Juste après l'annonce, le cours de l'action SeaWorld chuté de 10%.

 

seaworld-peta-spy-2Source : @FreeLolitaTheOrca

 

Depuis la sortie du documentaire à charge Blackfish, en 2013, qui dénonçait les conditions de détention de ces mammifères marins, une grande partie de l’opinion publique américaine s’est élevée contre le triste sort réservé à ces animaux.

 

Source : @FreeLolitaTheOrca

 

Si  vous pensez que les parcs aquatiques de divertissement sont dignes d’un autre âge, vous pouvez signer la pétition de PETA ici et cette autre sur le site Avaaz qui a déjà rassemblé près de 82 000 personnes.

 

Image de couverture : @Mike Blake / Reuters

 

*      *      *

 

 

Sur le même sujet

 

Le parc SeaWorld annonce la mort de Dart, un dauphin âgé d’à peine 12 ans

 

 

Il met 1 million de dollars sur la table et demande la libération de tous les orques en captivité

 

 

*      *      *

PUBLICITE