Saône-et-Loire : un autre cheval tué

ADVERTISING

La série continue. Un nouveau cheval a été tué au début du mois d’août 2020 à Cortambert, près de Cluny, en Saône-et-Loire, dans des circonstances similaires à bien d’autres avant lui. En effet, l’une de ses oreilles a été découpée après sa mort, comme le rapporte le journal d’informations France 3.

 

L’équidé, une pouliche âgée environ d’un an et demi, a été lacéré au niveau de l’encolure, puis mutilé au niveau de l’appareil génital. Son oreille droite a ensuite été prélevée. La multiplication de ces affaires en France depuis plusieurs mois inquiète les autorités, mais pour l’heure, aucun lien concret n’a pu être établi entre les différents crimes. La Gendarmerie prend cependant l’affaire très au sérieux.

 

Source : Clément Soubigou/France Bleu Breizh Izel

 

Une note a été diffusée à l’ensemble des équipes sur le territoire hexagonal afin de mettre en place une méthodologie efficace et de retrouver des preuves concrètes permettant de remonter la piste du ou des coupables. Mais ceux-ci pourraient être multiples et sans lien entre eux. Une note interne évoque diverses hypothèses, comme le fétichisme, un rituel satanique ou sectaire ou même un stupide défi sur Internet.

 

On ne peut pour le moment que faire appel à la prudence des propriétaires de chevaux, qui, s’ils le peuvent, devraient mettre leurs animaux à l’abri la nuit dans une étable – bien que cette précaution n’a pas empêché a mort d’un cheval au lycée agricole de Moselle.

ADVERTISING