Saône-et-Loire : les autorités ordonnent l’abattage de chiens errants après la mort d’un promeneur

ADVERTISING

Le corps de Guy Matter, un homme de 70 ans, et celui de son Labrador, ont été retrouvés le 21 mars à Frontenaud, en Saône-et-Loire, comme le rapporte le site de France 3. Le septuagénaire et son chien présentaient tous les deux des traces de morsures. Ils auraient été attaqués par une meute de chiens errants. C'est la femme de la victime qui a découvert le corps à proximité de chez eux.

 

Si une enquête de la gendarmerie a été ouverte pour déterminer avec précision les circonstances de la mort du promeneur, les autorités ont pris la décision radicale et exceptionnelle de faire abattre les animaux en état de divagation sur la voie publique. Une prise de position d'autant plus étonnante et discutable que le décès du promeneur fait en réalité suite à une crise cardiaque provoquée par le choc émotionnel et la peur, selon le rapport d'autopsie dévoilé le 27 mars 2019.

 

chiensSource : Facebook (DR)

 

Le septuagénaire avait appelé son épouse, mais celle-ci n'avait pu entendre que les mots "saloperie de chiens errants". La Préfecture a donc pris un arrêté autorisant l'abattage des chiens divagants et dangereux par les services de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, en coordination avec la gendarmerie nationale et les services de la préfecture.

 

L'état de divagation est défini par le code rural et de la pêche maritime comme suit :

 

Tout chien qui, en dehors d'une action de chasse ou de la garde ou de la protection du troupeau, n'est plus sous la surveillance effective de son maître, se trouve hors de portée de voix de celui-ci ou de tout instrument sonore permettant son rappel, ou qui est éloigné de son propriétaire ou de la personne qui en est responsable d'une distance dépassant cent mètres.

 

Un animal en fugue, ou tout simplement habitué à se promener sans laisse dans la campagne ou en forêt, pourrait donc faire les frais de cette mesure s'il est signalé et évalué comme dangereux. La Préfecture tient cependant à rappeler :

 

Il appartient donc aux propriétaires d’animaux de prendre toutes mesures permettant d’éviter leur divagation. A défaut leur responsabilité pourrait être engagée en cas d’accident ou dommage commis par l’animal.

 

chiensSource : East2West

 

Ce n'est pas la première fois qu'une telle mesure est prise par les autorités d'une commune. En 2014, la municipalité de Mouroux (Seine-et-Marne) avait ordonné l'abattage de chiens errants suite à de nombreuses attaques de troupeaux de moutons.

 

Dans le monde, certains pays n'hésitent pas à mettre en place des campagnes d'abattage massives pour "nettoyer" les rues des nombreux chiens errants qui y habitent. Le Liban, le Maroc, le Pakistan, ou encore la Russie ont procédé à une élimination systématique des chiens errants, avec des procédés frôlant la cruauté – empoisonnement, exécution par balles…

ADVERTISING