Saintes : prison ferme pour avoir maltraité des chevaux

ADVERTISING

Deux femmes, propriétaires d'une centaine de chevaux, ânes et poneys ont été condamnées le 24 mai 2019 par le tribunal de grande instance de Saintes (Charente-Maritime) à six mois de prison ferme, comme le rapporte le site de la Fondation 30 Millions d'Amis.

 

Les animaux étaient sous alimentés et évoluaient sur un terrain dénué de tout abri. Ils ne recevaient également aucun soin. Un cinquième du cheptel présentait même une maigreur alarmante. Non castrés ou stérilisés, ils se reproduisaient de manière anarchique.

 

Source : Marie-Laure Gobin

 

D'autres animaux ont aussi été retrouvés dans un bâtiment, dans un état tout aussi catastrophique que les autres. Les deux femmes, déjà épinglées pour des faits similaires, avaient jusque-là évité tout placement de leurs bêtes en se soustrayant aux obligations de la justice via des déménagements réguliers.

 

Les deux prévenues affirmaient pourtant détenir un élevage et un refuge, et se revendiquaient même de la protection animale. Des propos qui ont fait bondir Laëtitia Bos, Directrice du refuge pour équidés de la Fondation 30 Millions d’Amis :

 

Acheter des chevaux destinés à la boucherie soi-disant pour les "sauver", puis les laisser mourir de faim dans leur pré, ce n’est pas de la protection animale. C’est maladif.  Des gens comme ça ne font que discréditer la protection animale.

 

Source : Fondation 30 Millions d'Amis

 

Le tribunal de grande instance a finalement condamné les deux femmes à six mois de prison ferme, au versement de dommages et intérêts aux parties civiles, dont la Fondation 30 Millions d'Amis, et à une interdiction définitive de posséder un animal ou d'effectuer un travail en rapport avec les animaux. Enfin, tous les équidés ont été confisqués et confiés à des associations. Tous se remettent peu à peu de l'enfer qu'ils ont vécu.

ADVERTISING