Royan : deux prénoms inscrits sur le dos d’un rhinocéros du zoo

ADVERTISING

L’indignation est générale après la publication de photos montrant le dos d’un rhinocéros du zoo de La Palmyre, à Royan. Sur la peau de l’animal ont été inscrits deux prénoms, comme le rapporte le journal d’informations 20 Minutes.

 

Les faits remontent au 20 août 2019. Les inscriptions ont été faites avec les ongles, comme l’explique Pierre Caillé, directeur du zoo de La Palmyre :

 

Je lis que le rhinocéros a été tagué ; on ne peut pas dire cela, c’est impropre. Ce qu’il s’est passé, c’est que quelqu’un a gratté avec son ongle la couche superficielle de peau morte du rhinocéros. C’est totalement irrespectueux, mais le rhinocéros ne s’est même pas aperçu de ce qu’il s’est passé, et il n’a pas souffert.

 

Source : Twitter

 

Toujours est-il que le geste est « inadmissible » aux yeux de l’établissement et de nombreux internautes choqués par un tel comportement. Les visiteurs du zoo peuvent parfois toucher les rhinocéros lorsque ceux-ci se collent au mur d’enceinte de leur enclos. Suite à cette affaire, le zoo de Palmyre a décidé de prendre des mesures. S’il n’est pas question, pour l’heure, d’interdire aux personnes de s’approcher des animaux, Pierre Caillé déclare :

 

On va renforcer la présence de nos soigneurs dans le parc, et particulièrement dans cet enclos. Nous avons en tout 35 soigneurs, et notre personnel peut monter à une centaine de membres durant l’été. On va veiller à ce que cela ne se reproduise pas. Nous ne souhaitons pas, à l’heure actuelle, mettre davantage de distance entre les rhinocéros et le public, mais si nous constatons une dégradation des comportements, c’est une mesure que nous pourrions envisager.

 

Certaines associations, comme Code Animal, ont cependant profité de l’occasion pour critiquer l’existence même des zoos, en remettant en cause leur véritable intérêt pédagogique, dont se targuent la majorité de ces établissements.

 

[Les images] parlent d’elles-mêmes, l’intérêt pédagogique des zoos mis en évidence ? La captivité transforme des êtres vivants en simples marchandises modelées par l’humain.

 

ADVERTISING