Rouen : des pigeons agonisent dans des filets

PUBLICITE

De nombreux pigeons finissent tristement leur vie, pris au piège dans les filets installés sous le pont Boieldieu, à Rouen. Pour mettre fin à cette terrible situation, le Parti Animaliste a lancé une pétition, comme le rapporte le site d’informations France 3. À l’heure actuelle, elle compte plus de 40 000 signatures.

 

Les filets ont été mis en place par la municipalité afin de protéger les installations des fientes toxiques des oiseaux. Malheureusement, certains pigeons parviennent à se faufiler entre les mailles, mais se retrouvent ensuite coincés à l’intérieur. Pierre Alexandre Guesdon, tête de liste du Parti Animaliste, s’insurge :

 

Les pigeons finissent par agoniser de faim ou de soif, ou parfois même par strangulation ou épuisement. On retrouve parfois des cadavres en décomposition par dizaines au-dessus des promeneurs. Certains tombent même, morceau par morceau, sur les tables de ping-pong et le parc à vélo.

 

 

Certains habitants de Rouen dénoncent eux aussi cette situation, qui gâche les promenades par son triste spectacle. L’une d’entre elles explique :

 

J’habite juste à côté, j’aime bien venir me promener sur les quais. Depuis qu’ils sont aménagés c’est super sympa, il y a plein de verdure. On n’a pas envie de rester sous ce pont jouer au ping-pong et assister à cet horrible spectacle.

 

Pierre Alexandre Guesdon note :

 

C’est contradictoire, pourquoi naturaliser les quais avec des arbres si les oiseaux n’ont pas leur place ici ?

 

Des passants tentent parfois d’aider les pigeons en créant des trous dans les filets, mais ces derniers finissent toujours par être comblés. Le Parti Animaliste a donc lancé une pétition pour attirer l’attention de la municipalité.

 

Nous demandons à la Métropole de Rouen le retrait immédiat de ce filet, pour les animaux mais aussi pour les usagers du quai. Nous ne voulons pas seulement d’un décrochage régulier des cadavres d’oiseaux. 

 

Source : Amandine Pointel / France Télévisions

 

Métropole Rouen Normandie, responsable de l’installation, a assuré que le filet serait retiré d’ici juillet. En attendant, des entrées et des sorties ont été aménagées. Elle assure aussi qu’un :

 

Un autre système est à l’étude afin de maintenir la protection du pont contre les fientes, qui détériorent la structure de l’ouvrage.

 

De son côté, le Parti Animaliste conclut :

 

On sait que d’autres villes françaises comme Paris, Nice, Clermont-Ferrand, Marseille, Toulon, ou encore Bordeaux ont construit des pigeonniers à des endroits choisis, fixant ainsi leurs populations d’oiseaux sur des espaces où elles n’occasionnent pas de gêne.

PUBLICITE