Pyrénées : qu’est-il arrivé à Cachou ?

PUBLICITE

L’ours Cachou, âgé de cinq ans, a été retrouvé mort le jeudi 9 avril 2020 dans les Pyrénées espagnoles. Sa dépouille a depuis été transférée à l’université de Barcelone, où elle sera autopsiée et analysée. Mais depuis le décès du plantigrade, les associations de défense de l’ours brun se posent de nombreuses questions, comme le rapporte le site d’informations 20 Minutes.

 

De quoi est mort Cachou ? Son décès est-il naturel, ou doit-on déplorer une intervention humaine ? Alain Reynes, le directeur de l’association Pays de l’Ours-Adet, a déclaré :

 

Un premier examen pourrait être me semble-t-il rapide. Il est normal que des ours naissent, vivent et meurent dans les Pyrénées comme ailleurs, mais ce qu’il faudra surtout, c’est en tirer les leçons.

 

 

À l’heure actuelle, les spécialistes ne peuvent s’en tenir qu’aux hypothèses. La première, celle d’un chasseur. C’est notamment un chasseur qui avait abattu Melba d’une balle dans la tête, en 1997. Cachou était reconnu comme un prédateur de brebis meurtrier et efficace. Sa présence était une source de tension pour les éleveurs. Un chasseur aurait-il pu décider de finir le travail ? Pour Sabine Matraire, vice-présidente de l’association Ferus, cela semble peut probable :

 

Une balle, ça se voit, ils n’auraient pas pris le risque de ne pas le dire tout de suite.

 

Autre possibilité,  une simple mort accidentelle, comme c’est souvent le cas. Balou, le père de Cachou, est mort d’une chute en 2014. En 2007, Franska a été renversée par une voiture. Ici encore, cela ne semble pas être le cas de Cachou, même si Sabine Matraire n’écarte pas la possibilité d’une blessure qui aurait pu s’infecter.

 

A-t-il été blessé lors d’une bagarre entre mâles ? Seule l’autopsie pourra le dire. Certaines associations espagnoles ont, de leur côté, évoqué la piste d’un empoisonnement accidentel par les autorités catalanes. En 2019, elles avaient déjà utilisé un fongicide pour faire régurgiter à Cachou la carcasse d’une jument. Alain Reynes conclut :

 

On ne trouve que ce qu’on cherche et j’espère qu’on nous donnera des réponses sur l’utilisation de ce fongicide.

PUBLICITE