Puy-de-Dôme : des vaches laissées dans le froid

ADVERTISING

Plusieurs personnes se sont insurgées de voir des vaches encore dans des champs dans le Puy-de-Dôme, près de Pontgibaud, comme le rapporte le site d’informations France Bleu. En effet, inquiets pour la santé des bovins, ces témoins armés de bonnes intentions ont contacté à plusieurs Claire Baranger, vétérinaire dans la région. La praticienne explique :

 

Il n’y a pas de quoi alerter la fondation de Brigitte Bardot pour autant. Il faut éviter de faire de l’anthropomorphisme. Un bovin si il est bien nourri et abreuvé peut supporter des températures de -15° voire -20 degrés.

 

Pourtant, les promeneurs ne sont pas les seuls à dénoncer cette situation. Plusieurs éleveurs s’inquiètent aussi du sort des animaux et pointent du doigt les agriculteurs qui les abandonnent dans des conditions climatiques difficiles. Guy Goyon, éleveur et maire de la commune Saint-Alyre-ès-Montagne, située à 1200 mètres d’altitude, s’insurge :

 

Les vaches n’ont pas assez de fourrage et les plus fortes mangent tout, il ne reste plus rien pour les autres qui meurent au bout d’un moment.

 

Source : Radio France – Mathilde Montagnon

 

Il parle même de maltraitance, en évoquant des abreuvoirs gelés et des étables délabrées. Guy Goyon dénonce également ce qu’il estime être du laxisme de la part de la Direction Départementale des Territoires et la Direction Départementale de la Protection des Populations :

 

Par contre, ils ne sont pas laxistes pour des broutilles, si on commet une légère infraction, comme perdre un document sanitaire, ils vont vous sanctionner, en revanche, la souffrance des animaux ne les dérange pas trop. Les agriculteurs en permanence en infraction au niveau sanitaire, là par contre, ils ferment les yeux, c’est inadmissible.

 

Même son de cloche chez Didier Cardenoux, maire d’Egliseneuve-d’Entraigues :

 

Le premier janvier dernier, j’ai été obligé de faire venir une fraise pour déneiger l’accès d’un pré où se trouvait un troupeau de vaches qui n’avaient pas mangé depuis plusieurs jours. Je l’ai signalé aux gendarmes qui ne sont même pas intervenus.

 

Source :  Radio France – Nicolas Blanzat

 

Claire Baranger indique, de son côté, que même si les vaches peuvent survivre en temps de froid, elles doivent quand même recevoir des soins réguliers. La quantité de fourrage disponible doit  notamment être accrue de 30 %.

ADVERTISING