Protection animale : la France doit faire mieux

ADVERTISING

La Commission européenne a épinglé la France au début du mois de juillet, reprochant à l’Hexagone son manquement à plusieurs réglementations pourtant édictées au niveau européen, comme le rapporte le magazine Sciences et Avenir.

 

L’organisme demande à la France de prendre des mesures concrètes afin de mieux protéger sa faune. Il lui a notamment sommé de se conformer aux exigences européennes en matière de protection des cétacés dans ses eaux territoriales. De manière plus générale, la Commission européenne explique qu’elle :

 

Constate un certain nombre de lacunes dans la législation française en ce qui concerne l’exigence supplémentaire concernant l’origine des animaux utilisés à des fins scientifiques et l’absence de disposition précisant que les procédures ne peuvent être effectuées que dans le cadre d’un projet.

 

 

Ce n’est pas le premier avertissement reçu par la France. Celle-ci avait en effet déjà été mise en demeure en juillet 2019 pour le maintien de pratiques de chasse pourtant dénoncées par l’Union Européenne. Le rapport poursuit :

 

La France a autorisé plusieurs méthodes de capture d’oiseaux, comme la colle pour les grives et les filets et pièges pour les alouettes et les pigeons, qui ne sont pas des méthodes sélectives et sont interdites par la directive ‘Oiseaux‘.

 

Source : Twitter

 

L’Hexagone est également mauvais élève au niveau de son nombre d’espèces en danger. Sur les 64 espèces pouvant être chassées, seules 30 présentent un état de conservation acceptable. La France a désormais trois mois pour se conformer aux exigences de la Commission, sans quoi, elle risque, à long terme, une sanction.

ADVERTISING