Profondément traumatisé, ce singe de laboratoire a commencé à s’arracher les poils

ADVERTISING

Ce fut une immense victoire pour les chimpanzés lorsque, en 2103, l'Institut américain de la santé (National Institutes of Health) a mis fin aux expérimentations sur les grands singes appartenant au gouvernement fédéral.

 

Pourtant l'association internationale PETA (Pour une Ethique dans le Traitement des Animaux) révèle, à l'issue d'une nouvelle enquête, que 110 000 primates sont encore tragiquement emprisonnés dans les laboratoires américains, souvent dans des conditions effroyables.

 

Mise en cause, la société Primate Products Inc. (PPI) basée en Floride, importe aux Etats-Unis des singes capturés à l'état sauvage qui sont enfermés dans des entrepôts souvent insalubres puis revendus aux laboratoires.

 

loretta-lab-monkeys-1Source: @PETA

 

L'histoire de Loretta, un singe qui a souffert plus encore que ses compagnons d'infortune, illustre la cruelle réalité vécue par ces animaux captifs.

 

Décrite comme une paria, Loretta a été blessée et attaquée par ses congénères en détresse.

 

Profondément traumatisée, la singe a commencé à s'arracher les poils de la tête.

 

De son côté, PPI a volontairement ignoré au moins 23 rapports signalant que Loretta était victime d'intimidation de la part des autres singes. Le pauvre animal est donc restée enfermée avec ses bourreaux dans des conditions effroyables.

 

loretta-lab-monkeys-5Source: @The Dodo

 

Violations répétées des règles de bien-être animal

 

Malheureusement Loretta n'est pas la seule victime de ces pratiques cruelles et irresponsables.

 

Une vidéo déchirante montre les techniques brutales utilisées par PPI pour contrôler les animaux. Terrifiés, ils sont pourchassés dans leur cage, violemment attrapés et tirés par la queue tandis qu'ils s'agrippent désespérément au grillage.

 

Parfois même ils sont maintenus de force la tête en bas et secoués sans ménagement.

 

Cette méthode agressive visant à attraper les animaux peut entraîner de sévères lésions et traumatismes chez les singes. Le docteur Marc Bekoff, comportementaliste animalier, a indiqué à l'association PETA qu'elle provoque "des comportements de stress intense, d'anxiété et de peur."

 

loretta-lab-monkeys-2Source: @PETA

 

Parmi d'autres méfaits dénoncés par l'association, des singes entassés dans des filets, les tissus à vif sans doute à cause du stress, ont subi de dangereuses manipulations de la part d'employés de PPI non formés.

 

Le Département américain de l'Agriculture (USDA) a confirmé les révélations de PETA : PPI a violé neuf règles de bien-être animal, au moins 25 fois. L'institution a ouvert une enquête sur les activités de l'entreprise.

 

loretta-lab-monkeys-3Source: @PETA

 

Hélas, nous ne saurons jamais où se trouve Loretta aujourd'hui.

 

La directrice de la communication de PETA, Tasgola Bruner, évoque son triste sort lors d'une récente interview au site américain The Dodo :

 

Elle est peut-être encore chez PPI ou vendue à un laboratoire. Elle allait vraiment très mal.

 

Vous pouvez prendre position contre ce type de cruauté envers les animaux en signant la pétition pour obtenir la fermeture de PPI.

 

Découvrez la vidéo qui révèle le traitement choquant réservé par PPI aux singes de laboratoire (attention, les images sont difficiles) :

 

 

En France, l’association One Voice lutte depuis de nombreuses années pour l’arrêt de l’expérimentation animale et le développement de méthodes alternatives, pour les soutenir, c’est par ici.

 

*      *      *

 

Sur le même sujet

 

Et si cette minuscule puce mettait fin à l’horreur des tests sur animaux ?

 

ADVERTISING