Ours Cachou : polémique autour de sa mort

PUBLICITE

À l’heure actuelle, les causes de la mort de l’ours Cachou restent inconnues. Le corps du plantigrade a été retrouvé dans les Pyrénées espagnoles au début du mois d’avril 2020. Sa dépouille a depuis été transférée à l’université de Barcelone pour des analyses approfondies, comme le rapporte le site d’informations 20 Minutes.

 

Mais la version que commencent à esquisser les autorités du Val d’Aran, entité administrative de Catalogne, provoque déjà une levée de boucliers chez les associations de défense des animaux. Un rapport préliminaire, en date du 14 avril, fait en effet état de la présence d’un  » trou dans sa fourrure, qui fait penser à une bagarre avec un autre ours ». Cachou aurait ensuite fait une chute mortelle de 40 mètres.

 

Une hypothèse que ne semblent pas du tout partager les associations de défense de l’ours. D’autant que d’autres éléments sèment le doute. Sabine Matraire, vice-présidente de l’association Ferus, membre de CAP-Ours, explique :

 

Dans des articles de presse à la suite de la mort de Cachou, on a découvert qu’il avait été le cobaye d’expérimentations, avec l’utilisation d’un produit chimique, un fongicide, pour essayer de le dégoûter de la viande de cheval.

 

 

Quatre associations espagnoles ont déjà contesté la version des autorités catalanes. Pour elles, Cachou afficherait, sur les photos de son cadavre, un « sourire sardonique, un caractéristique chez les mammifères tués par empoisonnement ».

 

Les autorités du Val d’Aran ont démenti dès le lendemain cette version, en affirmant au passage qu’il n’y avait eu qu’une seule utilisation du fongicide, au mois d’octobre 2019. Sabine Matraire s’interroge :

 

Quel est ce fongicide ? Quelle a été la dose utilisée ? Est-ce qu’en fonction de la quantité utilisée et possiblement ingérée par Cachou, celui-ci a pu être affaibli et moins bien se défendre ?

 

Seuls les résultats de l’autopsie permettront de faire toute la lumière sur cette affaire.

PUBLICITE