Orne : un éleveur clandestin condamné

PUBLICITE

Un éleveur clandestin de l’Orne a été jugé au début du mois d’avril 2021 par le tribunal correctionnel d’Argentan, comme le rapporte le site d’informations France 3. Le prévenu devait répondre de 35 délits. Il était également visé par une centaine de contraventions, aujourd’hui prescrites et dont il ne s’était jamais acquitté.

 

Tout a commencé en 2018. Des membres de la SPA, épaulés par la gendarmerie et la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP), se sont rendus sur les deux sites occupés par l’éleveur, au Merlerault et à Saint-Martin-des-Landes. L’homme se trouvait dans le viseur des autorités depuis cinq ans.

 

Sur place, l’association découvre une vingtaine de chiens, détenus dans des conditions effroyables. Elle a également récupéré deux chats et une soixantaine de tortues issues d’une espèce protégée, ainsi que des oiseaux exotiques.

 

Source : Pixabay

 

Lors de son procès, l’homme explique avoir voulu se lancer en 2013 dans l’élevage d’animaux exotiques, mais admet avoir voulu voir trop grand. Il n’avait pas déclaré son activité et vendait les animaux sur des sites de petites annonces. En 2014, les services vétérinaires lui ont ordonné une première fois de se mettre aux normes. Le coupable a également reçu une mise en demeure du préfet de l’Orne deux ans plus tard. L’éleveur clandestin admet avoir « commis des erreurs ». Pour le président du tribunal, il s’agit avant d' »infractions pénales, passibles pour certaines de deux ans de prison. »

 

Le prévenu était poursuivi pour non conformité de ses installations, ainsi que pour la détention d’espèces protégées et non déclarations de ses revenus. Le procureur a requis six mois de prison avec sursis, l’interdiction d’exercer un métier en rapport avec les animaux pendant cinq ans et le versement de compensations financières de plus de 100 000 euros aux associations. Le jugement sera rendu le 18 mai.

PUBLICITE