One Voice critique les mesures gouvernementales

ADVERTISING

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé mardi 29 septembre des mesures pour améliorer la condition animale en France. Au programme, la fin de la captivité dans les cirques et les parcs marins, ainsi que l’interdiction des fermes d’élevage de visons destinés à la fourrure.

 

Ces mesures ont été rapidement critiquées par les professionnels des secteurs, mais l’association One Voice a eu à redire sur la prise de position des autorités. Pour l’organisation, si les mesures vont dans le bon sens, elles ne vont cependant pas assez loin.

 

One Voice revient notamment sur la fin de l’élevage de visons en France. Il ne reste aujourd’hui plus que quatre élevages sur le territoire, et l’association a assigné deux d’entre eux en justice. La fermeture n’est cependant pas immédiate. En quatre ans, sept élevages de visons ont déjà arrêté toute activité. One Voice assure qu’elle poursuivra son combat dans l’attente de voir ces établissements définitivement fermés.

 

Source : DR

 

Quant à la captivité dans les cirques, One Voice se montre aussi très mesurée. Elle dénonce notamment l’absence d’une date arrêtée et définitive pour la fin de la captivité. L’association pointe aussi du doigt que le gouvernement a omis d’inclure l’interdiction du dressage dans ses directives.

 

Mais la ministre oublie que le cirque ce n’est pas seulement l’itinérance, c’est aussi le dressage, qui est, lui, totalement occulté! Et les animaux qui ne participent pas aux spectacles, qui ne devraient même pas être maintenus captifs?

 

Elle poursuit :

 

Le délai de plusieurs années laissé aux cirques pour arrêter l’exploitation des félins est une nouvelle gifle assenée aux lions et tigres qui n’ont jamais connu autre chose de toute leur existence. C’est une gifle pour ceux qui ont été abattus… C’est une gifle aux hippopotames et éléphants qui resteront encore des mois voire des années, certains jusqu’à leur mort dans les camions des cirques. Pour Jumbo, Boulie, Mina et Kamala, Nelly et Brigit, tous sur les routes depuis des dizaines d’années… Pour Baby et Samba aussi.

 

Source : Pixabay

 

Pour Muriel Arnal, Présidente de One Voice :

 

Ces annonces arrivent après plus d’un an d’attente. Ce ne serait pas inquiétant si elles n’étaient pas si floues. Plus de vingt-trois pays en Europe ont déjà légiféré avec clarté ! L’Inde, New York ont légiféré ! On attendait de la France un rugissement pour tous ces animaux en souffrance, elle a timidement miaulé…

 

Enfin, au sujet de la fin de la captivité et de la reproduction des cétacés dans les parcs marins, One Voice s’en réjouit, mais espère que les autorités iront très vite plus loin, notamment avec la création d’un sanctuaire marin, comme l’évoquait Barbara Pompili. Enfin, l’association conclut :

 

Parmi ces annonces, on déplore l’absence de certains thèmes pourtant fondamentaux, et de décisions fortes, sans être surpris de la mollesse de notre pays en la matière. La France était et reste donc complètement à côté de la plaque, à rebours des attentes sociétales car la ministre ne plante pas de cadre, ni de date ni de moyen pour y parvenir. Évidemment ces paroles ont le bénéfice d’exister, mais il ne faudrait pas que le gouvernement pense que nous nous contenterons de compromissions. On ne peut pas attendre encore dix, quinze ans avant les prochaines avancées ! Les animaux ne le pourront pas.

ADVERTISING