Nord : l’option chasse d’un lycée choque

ADVERTISING

Le déroulée d’une battue, dans le cadre de l’option chasse d’un lycée agricole de Bapaume, dans le Nord, a fait polémique, après la diffusion d’une vidéo du naturaliste Pierre Rigeaux, comme le rapporte le journal Le Point.

 

Tout est parti du témoignage d’un jeune homme, ancien élève, ayant pris part à cette battue, qui s’est déroulée dans un grand parc de chasse. Il explique que sa classe et lui se sont rendus dans ce parc, en 2016, dans le cadre d’un voyage scolaire. La battue était réservée aux présidents des fédérations départementales des chasseurs. Quant à la raison du voyage :

 

Je pense qu’il n’y avait pas un réel intérêt naturaliste, mais bel et bien de satisfaire la majorité de chasseurs qu’il y avait dans la classe. C’était le temps fort du voyage.

 

Il explique ensuite qu’une soixantaine de sangliers et une dizaine de cervidés ont été abattus au cours de la journée. « C’est un abattoir, en fait », affirme-t-il. Il dénonce aussi la maltraitance sur les chiens de chasse, parfois frappés par les chasseurs lorsque jugés trop inefficaces.

 

J’ai vu une grande joie, ce qui était assez dérangeant. Les gens étaient vraiment heureux.

 

 

Pierre Rigeaux, en accompagnement de la vidéo, indique :

 

À l’heure où des milliers de personnes s’opposent à la chasse à courre, à la chasse en enclos et à toute forme de destruction de la faune sauvage, il est inconcevable que l’on puisse voir une telle option dans certains instituts agricoles. De plus, on ne compte plus les incidents de chasse sur les promeneurs. La France, notre beau pays doit être un exemple de bien-être, de respect de la nature et des animaux.

 

Willy Schraen, président de la Fédération des chasseurs du Pas-de-Calais, a dénoncé de son côté les accusations :

 

Cette option, qui n’a évidemment rien à voir avec la pratique de la chasse, permet aux futurs agriculteurs de mieux se familiariser avec la faune sauvage de leur future exploitation. On y tente de mieux concilier la production agricole et la faune sauvage, en favorisant la relation entre économie et pratiques agricoles respectueuses de la faune.

 

Il a, en parallèle, décidé de lancer une pétition pour demander le maintien de cette option. Plus de 9000 signatures ont déjà été recueillies. Mais ce n’est rien comparé à la pétition lancée par l’activiste pro-animal Gabrielle Paillot, qui réclame la suppression de l’option chasse, avec plus de 80 000 signatures.

 

Source : DR

 

Du côté du lycée mis en cause, on se défend. Thomas Vachet, le responsable de l’option, indique :

 

En aucun cas on apprend à manier les armes ! L’objectif est de sensibiliser à la faune sauvage et à la préservation des milieux naturels. Je sentais qu’il y avait un engouement de la part des élèves, il sont attachés à l’environnement.

 

Malgré la pétition, l’option sera dans tous les cas maintenue, mais avec certaines améliorations, comme l’explique la nouvelle directrice du lycée, Stéphanie Douale :

 

On va se pencher sur un rééquilibrage des intervenants, en faisant venir par exemple la LPO.

 

Seule la Fédération de chasse du Pas-de-Calais intervenait jusqu’à présent.

ADVERTISING