Noisette, la petite chienne poignardée 7 fois parce qu’elle « aboyait trop fort »

ADVERTISING

Soumia, 36 ans, comparaissait mercredi 20 septembre 2017 devant le tribunal d’Evry (Essone). Trois jours plus tôt, elle avait poignardé sa chienne âgée de deux ans, Noisette, à sept reprises, rapporte le journal Le Parisien.

 

La jeune femme, ancienne sans-abri, était hébergée par un ami à Corbeilles-Essone, où elle partageait l’appartement avec sept chiens. Alcoolique en sevrage, Soumia a craqué ce soir-là et bu une demi-bouteille de rhum. Lorsque les animaux se sont mis à aboyer, l’ancienne SDF, qui craignait les plaintes des voisins, n’a pas réussi à se maîtriser.

 

 

Elle a expliqué :

 

Je suis sortie et j’ai attrapé le premier qui venait, je ne sais pas pourquoi Noisette, ça aurait aussi pu être Eden.

 

Elle a alors asséné plusieurs coups de couteau à la chienne, qu’elle a maintenue de force dans la baignoire de la salle de bain. Elle expliquera plus tard aux policiers qu’elle voulait ainsi empêcher de mettre « du sang partout ». La lame, d’une longueur de 24 cm, a fait des dégâts considérables à la pauvre bête, qui a fini par mordre la jeune femme pour lui échapper.

 

La police, prévenue par des voisins alertés par le bruit, a aussitôt interpellé Soumia. Bilan du test d’alcoolémie : 1,25 g d’alcool dans le sang. Pour rappel, le taux légal d’alcoolémie en France est de 0,5 g. Noisette, quant à elle, a été transportée de toute urgence chez un vétérinaire et a subi plusieurs opérations. Son pronostic vital n’est plus engagé. La chienne a été confiée à la SPA, qui s’est portée partie civile lors du procès.

 

Devant le tribunal, Soumia a assuré n’avoir jamais fait de mal à ses animaux auparavant :

 

Là, j’avais bu, je ne sais pas ce qui m’a pris, je ne comprends pas. Même alcoolisée, je n’avais jamais levé la main sur eux.

 

Elle a pourtant ensuite confié qu’il lui arrivait de priver ses chiens de nourriture, pour les « punir ». La présidente du tribunal n’a d’ailleurs pas manqué de relever la remarque, en demandant à la prévenue si elle pensait qu’ils étaient en mesure de comprendre pourquoi ils étaient ainsi affamés. Réponse de l’intéressée :

 

Bah oui, ils sont assez grands pour comprendre.

 

Soumia a présenté ses excuses pour son comportement, qu’elle a elle-même qualifié d’impardonnable, mais elle n’a pas échappé à la sanction. Elle a été condamnée à 12 mois de prison, dont 6 avec sursis, et a interdiction de posséder un animal pendant deux ans. Cette interdiction ne concerne malheureusement pas les six autres chiens, qui appartiennent à l’ami qui l’hébergeait. La jeune femme a également pour obligation de se soigner.

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

Image d’illustration : Le Parisien / Via : Le Parisien

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service de nutrition (découvrez l’alimentation sur-mesure pour votre chien). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING