Mort d’Élisa Pilarski : le commandant de gendarmerie démissionne

ADVERTISING

Nouveau rebondissement suite à la mort tragique d’Élisa Pilarski, jeune femme de 29 ans enceinte de six mois retrouvée dévorée par des chiens dans la forêt de Retz, dans l’Aisne, en novembre 2019. En effet, Jean-Charles Metras, lieutenant-colonel et commandant du Groupement de Gendarmerie de l’Aisne, a démissionné de ses fonctions le 16 janvier 2020, comme le rapporte le journal L’Union.

 

Le nom de Jean-Charles Metras avait circulé dès le début de l’affaire. Christophe, le compagnon d’Élisa parti à sa recherche, avait affirmé de son côté avoir croisé Jean-Charles Metras à cheval. Présenté comme un proche des chasseurs à courre, ce qu’il avait nié au départ, le militaire avait fini par admettre avoir suivi l’équipage ce jour-là, mais de loin, et estimé que Christophe avait simplement fait une erreur.

 

Source : DR

 

Face à la polémique induite par la présence du gendarme, le procureur de la République avait choisi de dessaisir la gendarmerie de l’Aisne pour la confier à une autre brigade de gendarmerie. Jean-Michel Metras a affirmé dans le journal L’Union que sa démission toute récente faisait suite à des événements personnels, totalement distincts de l’affaire, afin de « suivre sa femme dans le privé ».

 

Le mystère autour de la mort de la jeune femme ne semble pas encore près de s’éclaircir. Des analyses ADN sont en cours sur 62 chiens : les 5 chiens du couple, dont Curtis, le chien qui se trouvait avec Élisa au moment des faits, et 62 chiens de chasse. Pour l’heure, les enquêteurs ont écarté la piste de Christophe, le compagnon d’Élisa, et du maître d’un chien malinois que la jeune femme a croisé avant sa mort.

 

Les résultats de ces tests devraient être connus dans le courant du mois de février.

ADVERTISING