Melun : mandat d’arrêt contre des éleveurs

ADVERTISING

Un mandat d’arrêt a été lancé contre un couple d’éleveurs par le tribunal de Melun, comme le rapporte le journal Le Parisien. L’homme et la femme, qui ont été condamnés à de la prison ferme, n’étaient en effet pas présent à leur procès.

 

Le couple n’en est hélas pas à son premier coup d’essai. Il avait déjà été condamné une première fois en juin 2018 à de la prison avec sursis pour des faits de maltraitance sur leurs animaux. L’homme, âgé de 48 ans, et la femme, âgée de 50 ans, avaient alors eu interdiction d’exercer un métier en lien avec l’élevage.

 

Cela ne les a pourtant pas empêchés de recommencer, dès la prononciation de la peine, car les gendarmes de Provins étaient intervenus en septembre 2018, trois mois à peine après la condamnation, afin de porter secours aux animaux maltraités. Sur place, ils avaient trouvé 89 chiens et 19 chiots, 33 chats et 9 chatons, un cheval, un poney, et un lapin, tous entassés sur la propriété du couple, au château de Glamys, à Courchamp.

 

Source : Sébastien Blondé/Le Parisien

 

L’homme et la femme revendaient les animaux à des particuliers, sans aucune certification et sans aucun papier vétérinaire. Un enquêteur confie :

 

Pour rentrer dans la maison, il fallait un équipement complet entre l’urine et les déjections, sans parler de l’odeur.

 

Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA et ancien gendarme, s’était déjà insurgé à l’époque, alors qu’il était présent lors de l’intervention :

 

En 35 ans dans la gendarmerie, je n’avais jamais vu des conditions d’hygiène aussi déplorables pour les animaux et les humains.

 

Le couple a finalement été condamné à 18 mois de prison ferme pour l’homme et 24 mois de prison ferme pour la femme.

ADVERTISING