Marne : appel aux dons pour une ferme pédagogique

PUBLICITE

La ferme pédagogique de Cormontreuil, située dans la Marne, subit de plein fouet les effets du confinement. Pour faire face, l’établissement a décidé de faire un appel aux dons, comme le rapporte le site d’informations France 3.

 

L’association du Moulin l’Abbesse, qui gère la ferme, n’a pas eu d’autre choix. La ferme aurait dû, en temps normal, rouvrir le 13 mai. Malheureusement, la pandémie de coronavirus est venue mettre à mal ce projet en limitant les rassemblements jusqu’au début du mois de juillet. Il a donc fallu trouver d’autres moyens pour nourrir les bêtes et leur apporter tous les soins nécessaires.

 

Jacqueline, retraitée et bénévole à la ferme, explique :

 

Il faut s’occuper d’eux tous les jours. On a besoin de légumes, de paille, de granulés, mais aussi de matériel, beaucoup de matériel ! Le nettoyage demande du temps ! Et puis, il y a tous les produits vétérinaires, pour les soigner, qu’il ne faut pas oublier !

 

Source : Association du Moulin l’Abbesse

 

La petite structure compte une soixantaine d’animaux, dont deux ânes, quatre poneys, une vache, cinq chats, un cochon, deux béliers, trois brebis, et une trentaine de lapins et de cochons d’Inde. Jacqueline poursuit :

 

J’ai découvert le parc l’été dernier, avec mes petits-enfants, et je suis tombée amoureuse. Les gens peuvent venir caresser les animaux, pique-niquer et se balader dans la forêt. C’est un endroit formidable qu’il faut soutenir ! 

 

Sophie Barher, l’une des deux employées de l’association, confie :

 

L’an passé, nous avons accueilli environ 4 000 personnes, en ne faisant presque aucune publicité. Cette année, nous avions énormément communiqué, notamment sur Facebook, et le bouche-à-oreille fonctionnait. Même si nous savons qu’il y a des métiers encore plus en difficulté, nous sommes très tristes.

 

Source : Association du Moulin l’Abbesse

 

Marie Delreux, la seconde employée, abonde en ce sens :

 

Tous les créneaux étaient pleins jusqu’à l’été. Nous avions programmée énormément d’événements, comme la chasse aux œufs. Nous avions des dizaines d’animations prévues avec des écoles, des centres de loisirs, des crèches… Tout cela tombe vraiment mal.

 

Malheureusement, l’existence de la ferme est aujourd’hui menacée par le manque de moyens, et le temps presse, car les réserves s’épuisent. La situation est également difficile pour Sophie Barher, désormais au chômage partiel. Marie Delreux a, de son côté, repris son métier d’infirmière.

 

C’est rageant. Mais nous n’avons demandé aucune aide aux collectivités locales. On se dit qu’en ce moment, elles ont d’autres chats à fouetter.

 

Autre coup dur, l’arrêt du projet Zanibulons, une ferme itinérante qui se rendaient dans les EHPAD ou les foyers pour enfants atteints d’un handicap mental. Un état de fait difficile à vivre pour Sophie et Marie.

 

Ce sont des moments d’échange. La ferme se déplace le temps d’une journée ou d’une demi-journée. On réalise des ateliers. Les gens tissent des liens avec les vaches, les poules, les cochons d’Inde. On appelle ça de la médiation animale. C’est très vivant, très stimulant socialement. Donc ça manque à beaucoup de gens.

 

Source : Association du Moulin l’Abbesse

 

Une petite lueur d’espoir est cependant revenue avec la perspective de la réouverture des écoles, le 11 mai prochain. L’association est prête à accueillir trois classes par jour. Marie assure :

 

La ferme présente énormément d’espace. Nous pourrons largement accueillir les enfants en toute sécurité, en respectant les mesures d’hygiène et les distanciations sociales. Il y aurait même plus de place que dans une salle de classe…

L’appel aux dons a, de son côté, rencontré un beau succès. 1200 euros ont ainsi été récoltés depuis l’ouverture de la cagnotte. Vous pouvez vous aussi participer en cliquant ici. Marie, de son côté, conclut :

 

Ça nous touche beaucoup. Nous sommes super contents. Espérons que cela dure.

PUBLICITE