Maltraitance : 4 lionnes saisies

ADVERTISING

C’est une énorme victoire pour tous les défenseurs des animaux : les 4 lionnes encore détenues par le Cirque de Paris, ancien propriétaire du lion Jon, ont été saisies par la justice au début du mois de juillet 2020. L’association One Voice, qui milite depuis très longtemps pour que les fauves quittent enfin l’enfer dans lequel ils évoluaient, a salué la décision.

 

Cette saisie est par ailleurs une première en France. En effet, les lionnes Hannah, Patty, Céleste et Marli, ont été retirés au Cirque de Paris pour des faits de maltraitance avérés. Quelques jours plus tôt, un rapport sans appel suite à une inspection réclamée par l’association, avait conclu aux conditions de vie indicibles des fauves. C’est Natuurhulpcentrum, partenaire de l’association, qui a pris en charge le transfert des lionnes vers Tonga Terre d’accueil, où se trouve déjà Jon.

 

Muriel Arnal, présidente fondatrice de One Voice, a déclaré :

 

Quand One Voice a lancé sa campagne il y a vingt ans, personne n’imaginait ce qu’était la réalité du cirque pour les animaux. Aujourd’hui le sort de Jon et ses compagnes démontre que les cirques ne font pas seulement souffrir les animaux, ils les font aussi mourir.

 

Source : One Voice

 

Le dresseur de Hannah, Patty, Céleste et Marli ne connaissait même pas leur prénom. Il a également été incapable de présenter le registre des soins, ainsi que celui des entrées et des sorties. Les documents auraient été dérobés. De même, l’identification des fauves laisse à désirer et est parfois impossible à vérifier. Selon sa puce, Jon, par exemple, est détenu par un autre cirque, appartenant à un membre de la famille propriétaire du Cirque de Paris.

 

Les fauves présentaient aussi des blessures importantes, au niveau du corps, et souffraient de boiterie et d’une perte de motricité postérieure. Muriel Arnal poursuit :

 

On a affaire à des animaux sauvages qui sont en train de disparaître dans la nature, et auxquels on inflige les pires cruautés en toute illégalité. À chaque fois que nous avons tiré la sonnette d’alarme pour eux, on nous a proposé des réunions. Mais où sont les actes ?. Discuter autour de la table est fort sympathique, mais pendant ce temps les animaux restent dans les camions ! Barbara Pompili sera-t-elle la ministre courageuse qui prendra rapidement l’arrêté tant attendu, comme l’ont fait la plupart de nos voisins ? Nous l’espérons. En attendant, s’il faut secourir ces animaux des cirques un à un, nous le ferons.

 

L’association a également tenu à saluer l’implication de la préfecture ainsi que de  l’Office Français de la Biodiversité, et a remercié Jérôme Filippini, le nouveau Préfet de l’Eure. Par ailleurs, la préfecture a décidé de porter plainte contre le cirque ; elle devrait également retirer à l’établissement son certificat de capacité.

ADVERTISING