Lycées agricoles : la question du bien-être animal

ADVERTISING

L’association L214 a publié le 10 décembre 2019 une vidéo accablante tournée dans l’exploitation d’un lycée agricole situé à Coulounieix-Chamiers, en Dordogne. Les images montrent des canetons jetés vivants dans une poubelle, ou des canards se réveillant après avoir été étourdis pour ensuite se vider de leur sang au moment de l’abattage.

 

Cette vidéo, tournée en octobre et novembre 2019, pose la question du bien-être animal au sein des lycées agricoles. Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, s’indigne dans les colonnes du journal La Croix :

 

Un centre de formation ! On est censé y apprendre les ’’bons gestes’’ et la réglementation en vigueur, c’est la moindre des choses. Ça se faisait à l’abri des regards, en fin de journée, sans les élèves. On sait que c’est difficilement soutenable.

 

Source : L214

 

François Héraut, directeur de l’atelier agroalimentaire du lycée agricole, reconnaît :

 

Nous ne sommes pas fiers du tout. C’est vrai, nous étions hors réglementation. Nous avions considéré que la méthode d’élimination des canettes et canetons défaillants, quelle qu’elle soit, n’était pas satisfaisante. Nous étions restés sur une méthode… ancienne… qui consistait à les étouffer.

 

Sébastien Arsac, l’autre cofondateur de l’association, réplique :

 

Étouffer des canetons, ce n’est pas une infraction mineure, c’est un délit, pour cruauté et abandon.

 

Source : Alice Bertrand

 

De son côté, le directeur explique :

 

On a fait beaucoup d’efforts, on est en amélioration continue sur le bien-être animal, c’est un des enseignements forts de l’établissement.

 

Élèves et professeurs de ces lycées agricoles assurent que le bien-être animal est désormais « très enseigné » et ce, depuis longtemps. Les cours couvrent les conditions d’habitation, l’hygiène, la manipulation des bêtes…

 

Imara Golding, qui a suivi un bac CGEA à Saint Affrique (Aveyron), indique :

 

Le modèle d’avant, qui était de produire, produire et encore produire, est révolu. Désormais, en lycée agricole on parle de produire bien, produire mieux, respecter l’environnement et les animaux.

 

Source : SIPA

 

Certains établissements privés refusent cependant de donner la priorité au bien-être animal. Nathalie Lictevout, professeur en biologie et zootechnie au lycée agricole de Fondettes (Indre et Loire), confie :

 

Des jeunes ont témoigné de pratiques choquantes sur leur ferme. Dans ces cas-là, on échange énormément sur les façons de faire et comment proposer une alternative.

ADVERTISING