Luynes : coup de gueule à la SPA

PUBLICITE

Le refuge de la SPA de Luynes, en Indre-et-Loire, a poussé un coup de gueule à la fin du mois de mars 2021, comme le rapporte le site d’informations France Bleu. L’association a dénoncé le nombre relativement élevés de retours d’animaux au cours des semaines précédentes.

 

Elle pointe également du doigt les familles qui manquent de patience envers un animal et qui choisissent de le ramener au bout de quelques jours, plutôt que d’essayer de le comprendre et de répondre à ses besoins.

 

Adopter, c’est vous engager à sauver un animal pour le restant de sa vie. Un chat extrêmement craintif n’arrêtera pas forcément de l’être au bout de 10 jours, un chien maltraité ne sera pas forcément câlin dès le lendemain… […] Nous sommes très las, écœurés et en colère de voir des retours de chats et chiens alors que nous avons fait au mieux pour vous conseiller, nous avons passé du temps avec vous et nous vous avons confié « nos » animaux en espérant le meilleur pour eux. C’est très bien de faire un sauvetage mais il faut être conscient de tout ce que cela implique, nous parlons là d’être vivants. C’est un traumatisme de plus pour eux de revenir en refuge alors réfléchissez sérieusement avant d’adopter.

 

Bonjour à tous,
Aujourd’hui nous sommes en colère !

Beaucoup trop de chats et de chiens reviennent au refuge parce que…

Publiée par La SPA – Refuge de Luynes sur Jeudi 18 mars 2021

 

Jennifer Gavelle, responsable du refuge de Luynes, a ajouté que, même s’il ne s’agissait que de quelques cas isolés, la situation restait très difficile à vivre.

 

On a eu malheureusement quelques retours qui se sont enchainés, certains échecs qui sont compliqués à vivre pour nous. On voit la détresse de l’animal quand il revient donc on ressentait ce besoin de pousser ce petit coup de gueule pour responsabiliser un peu plus les gens.

 

Laetitia, une des bénévoles auteure du message, poursuit :

 

Ça fait mal de les voir revenir, on s’en occupe quand ils arrivent, on les soigne, etc. Des fois ils arrivent en très mauvais état. On fait confiance aux gens pour qu’ils continuent le travail qu’on a commencé. Les voir revenir, ce n’est pas le but.

 

Kevin Pereira, agent animalier, ajoute :

 

Certains chiens le vivent très très mal, rechutent, et ont encore plus de problèmes qu’avant.

 

Même si les chiffres du refuge de Luynes, qui a enregistré 20 retours au cours de ces dernières semaines, sont inquiétants, ils n’ont aucun écho au niveau national. En effet, en 2020, 3,8 % des animaux adoptés ont été retournés : un taux qui brille par sa faiblesse, vrai record historique.

PUBLICITE