L’un des derniers ours dansants du Népal est mort dans un zoo, 3 mois après son sauvetage

PUBLICITE

Mi-mars 2018, l'association World Animal Protection a appris le tragique destin de Sridevi, l'un des deux derniers ours dansants du Népal, sauvé en partie grâce à leur aide : elle est décédée dans un zoo au lieu d'avoir été emmenée dans un sanctuaire par le gouvernement, comme prévu.

 

La fin d'une tradition "cruelle"

 

Sridevi et Rangila étaient les deux derniers ours victimes d'une tradition qui consistait à forcer les ours à danser pour un public. Les dresseurs parvenaient à les faire danser grâce à des méthodes de dressage très brutales.

 

Ils perçaient notamment un grand trou dans leur museau afin d'y faire passer une large corde qui servait de laisse et d'outil de dressage. Mary Hutton, fondatrice de l’association australienne Free the Bears, qualifiait cette tradition de "cruelle" et "épouvantable"

 

ours dansantSource : World Animal Protection

 

En décembre 2017, les associations World Animal Protection et Jane Goodall au Népal, ont enfin libéré les deux derniers ours victimes de cette tradition. Sridévi, âgée de 17 ans et Rangila, 19 ans, devaient ensuite rejoindre un sanctuaire pour les ours de l'association Wildlife SOS, près d'Agra, en Inde.

 

Le transport était assuré par les autorités népalaises, qui ont également participé à l'enquête précédent le sauvetage des deux animaux.

 

"Nous sommes dévastés"

 

En réalité, Rangila et Sridevi ont été emmenés au zoo Jawalakhek avec l'autorisation du département des parcs nationaux et de la conservation de la faune sauvage du Népal (DNPWC).

 

ours zoo népal

 

Plusieurs fois critiqué pour les très mauvaises conditions de vie qu'il offre aux animaux, ce zoo n'était pourtant pas adapté aux besoins des deux ours dansants. Et pour cause, Sridevi y est décédée au bout de seulement 3 mois, dans des conditions encore mystérieuses.

 

Neil D'Cruze, conseiller senior sur la faune sauvage pour la World Animal Protection, a déclaré :

 

Nous sommes dévastés par la mort de Sridevi. Ce sauvetage avait pour but de lui donner une vie loin de cette captivité cruelle et son bien-être était notre priorité absolue. Nous espérions qu'elle vivrait le reste de sa vie loin de toute souffrance, dans un environnement épanouissant. 

 

L'inquiétude grandit pour l'ours survivant

 

Après la mort de Sridevi, une vidéo de Rangila, l'autre ours sauvé avec elle, a été révélée. On l'y voit faire les cents pas dans sa cage et balancer sa tête, deux signes évidents de souffrance psychologique pour les associations.

 

 

Pourtant, le gouvernement népalais a déclaré être satisfait des conditions de vie de Rangila. Même si le DNPWC semble prêt à faire appel au Ministère de la conservation des forêts et des sols au Népal, les prochaines élections du pays pourrait rendre la tâche très compliquée.

 

Comme l'explique Manoj Gautam, de l'Institut Jane Goodall au Népal, la situation est pourant urgente.

 

Le zoo de Kathmandu [où est retenu Rangila] est surpeuplé et offre des mauvaises conditions de vie. Nous sommes vraiment choqués que les vies de ces ours aient pris un tournant si tragique.

 

Vous pouvez soutenir l'association World Animal Protection grâce à un don (site en anglais).

PUBLICITE