Loire : les tigres sauvés découvrent la liberté

ADVERTISING

Dix tigres sauvés au début du mois de décembre 2020 par l’association One Voice dans l’Oise découvrent peu à peu la liberté dans le refuge Tonga Terre d’Accueil, situé dans la Loire, comme le rapporte le site d’informations France 3.

 

Les félins appartenaient à un dresseur qui les maintenait captifs dans des conditions indicibles. Les tigres vivaient dans un espace minuscule, dont ils ne sortaient que pour des spectacles. Sur sa page Facebook, le refuge explique :

 

La remorque de cirque qui pouvait contenir au maximum sept félins, a été acheminée par un transporteur, tandis que trois tigres ont dû être placés dans des caisses de transport, dans un autre véhicule. La mise en place a duré une grande partie de la journée. Les tigres sont arrivés à destination, après plus de 11 heures de route.

 

Il a fallu mobiliser pas moins de 40 personnes pour réussir ce transfert hors norme. Une fois sur place, les tigres ont passé un examen vétérinaire, qui a révélé des problèmes mineurs, sauf pour l’une des femelles, Rani, dont la santé est plus fragile que les autres.

 

Examen des crocs, griffes, lecture de puces d’identification, prise de sang etc. Ils semblent en bonne santé. La bonne nouvelle est qu’aucun tigre n’est dégriffé. Bégum a des dents très abîmées. Rani est la seule visiblement malade. Elle est maigre et présente une silhouette très marquée.

 

 

Au sanctuaire, chaque tigre a désormais son propre logement, dans un bâtiment tout neuf inauguré pour l’occasion. Si les animaux sont encore un peu sur la défensive, en raison de leur passé difficile, ils s’habituent cependant peu à peu à cette nouvelle vie et ont même posé la première fois la patte sur de l’herbe. Les femelles seront toutes stérilisées après un examen pour déterminer si elles sont gestantes ou non. En raison de leur fort taux de consanguinité, les tigres recueillis par le sanctuaire ne doivent en effet pas se reproduire.

 

Les tigres ont pour le moment été placés temporairement dans le refuge, en attendant une décision de justice. Du côté de l’ex-dresseur, la réplique s’organise. Il a en effet décidé de porter plainte contre One Voice pour « dénonciation calomnieuse et pour atteinte à la présomption d’innocence ». L’avocat du dompteur, Me Olivier Roquain, dénonce :

 

Malgré les investigations de l’enquête, les auditions de Monsieur Masson et les diverses constatations effectuées sur les lieux par les agents de l’Office français de la biodiversité, il n’a jamais été relevé la moindre trace de maltraitance ou de violation des conditions de détention des animaux.

 

Le dresseur entend porter plainte contre nous pour « dénonciation calomnieuse » et pour « atteinte à la présomption d’…

Publiée par One Voice sur Mercredi 23 décembre 2020

 

One Voice et Tonga Terre d’Accueil espèrent que la justice leur donnera raison, afin que les dix tigres puissent être placés pour de bon dans un sanctuaire.

ADVERTISING