L’interdiction des pitbulls dans cette grande ville a des conséquences tragiques

ADVERTISING

 

Il y a quelques mois, deux grandes villes Canadiennes, Québec et Montréal, avaient annoncé la mise en place d'une législation prévoyant l’interdiction totale des Pitbulls. Si quelques modifications ont été opérées dans le projet de loi pour répondre à la grogne populaire, il sera tout de même illégal – d'ici à la fin de l'année – pour les résidents de Montréal, d'avoir un pitbull.

 

Ainsi, la semaine dernière, lorsque Carolynn Williams, coordinatrice au refuge One Last Chance Rescue, a découvert une famille entière de Pitbulls abandonnée, la jeune femme a réalisé qu'elle devait désormais faire face à un double défi : leur trouver une maison d'accueil, et ce, hors de la ville.

 

pit-ban-montreal-2Source : TheDodo

 

Carolynn a donc contacté de nombreux centres d'accueils pour animaux à travers le Canada, dans des villes où l'interdiction injuste ne s'applique pas. Ce sont deux refuges de Saskatchewan, Prairie Pooches et Prairie Sky Dog Rescue, qui ont finalement accepté de prendre en charge les chiens.

 

L'abandon d'un groupe entier de Pitbulls n'est malheureusement pas étonnant : la mise en place de la législation a causé et cause encore des vagues massives d'abandon de ces chiens, dont les propriétaires – menacés d'amendes – ne savent que faire.

 

pit-ban-montreal-3Source : TheDodo

 

Si les détails de la loi sont encore à préciser, le maire de la ville, Denis Coderre, affirme que l'interdiction concernera tout chien s'apparentant à un American Staffordshire terrier, un Staffordshire bull terrier ou à un Pitbull terrier américain.

 

Une telle mesure ne peut qu'avoir des conséquences tragiques pour des milliers de chiens, qui seront séparés de leurs propriétaires et se retrouveront dans des foyers – déjà saturés – de la région. Ces refuges n'auront d'ailleurs aucune chance de désemplir puisque personne ne souhaitera adopter les chiens appartenant à l'une des races bannies.

 

pit-ban-montreal-4Source : TheDodo

 

Les bénévoles des diverses associations locales de protection des animaux redoutent le pire : si les refuges s'emplissent de chiens qui ne pourront jamais être adoptés, il est probable que ces derniers finissent par être euthanasiés.

 

Par ailleurs (et fort heureusement),  de nombreux citoyens refuseront également d'appliquer la loi et de se séparer de leur fidèle compagnon, se mettant ainsi en situation d'illégalité et s'exposant à de lourdes sanctions financières voire pénales.

 

 

Face à cette situation chaotique, des mouvements de solidarité se mettent progressivement en place : un nombre croissant de personnes habitant en dehors de Montréal se portent volontaire pour accueillir les chiens bannis. Sheena Rigole, coordinatrice au refuge Prairie Sky, raconte au site TheDodo :

 

Ici, à Saskatchewan nous avons toujours été pro-Pitbulls. Quand j'ai entendu parler de ce qu'il se passait à Montréal, j'ai voulu tout faire pour aider. On reçoit les Pitbulls et on fait tout pour leur trouver une famille adoptive. 

 

pit-ban-montreal-Source : TheDodo

 

Pour le moment, le refuge de Saskatchewan a déjà placé 5 Pitbulls et ne compte pas s'arrêter là. Espérons que d'autres refuges parviennent à faire de même, et surtout, que le maire de Montréal finira par revenir sur cette mesure déplorable.

 

Via : TheDodo

ADVERTISING