Les poissons peuvent bel et bien faire une dépression. C’est la science qui le dit

ADVERTISING

Une étude, menée par Julian Pittman, professeur au département de sciences biologiques et environnementales à l'université Troy, dans l'Alabama (États-Unis), a récemment montré que les poissons pouvaient être aussi sujets à des épisodes dépressifs. Le scientifique, qui tente de mettre au point de nouveaux médicaments pour lutter contre la dépression, travaille à l'aide de poissons zèbres.

 

Source : Rolf Kopfle

 

Julian Pittman utilise ce qu'il appelle "le test du nouvel aquarium", afin de déterminer si un poisson est déprimé par le changement brutal de son environnement. Si l'animal reste dans la moitié inférieure de l'aquarium, inerte, alors, il est déprimé. Si à l'inverse, il nage vers le haut du bocal, il montre une envie d'exploration.

 

Source : Université Troy

 

La sévérité de la dépression peut être mesurée par le temps passé au fond de l'aquarium. Plus un poisson reste terré dans la partie basse de l'aquarium, plus il est déprimé. Cependant, certains chercheurs remettent en doute la pertinence de ce genre de test sur les animaux. Le docteur Diego A. Pizzagalli, directeur du centre de recherche sur la dépression, l'anxiété et le stress à l'université d'Harvard, explique tout simplement "qu'on ne peut pas demander aux animaux ce qu'ils ressentent". Il est pour lui impossible de capturer toute l'amplitude de la dépression chez des poissons.

 

Source : The Pruce

 

Julian Pittman argue cependant que les poissons présentent tous les symptômes d'une dépression classique : perte d'intérêt pour l'exploration, la nourriture, le jeu… Victoria Braithwaite, professeur à l'université Penny State, explique que le déclencheur d'épisodes dépressifs chez le poisson est en général le manque de stimulation. D'après la scientifique, les poissons sont des êtres naturellement curieux ; le meilleur moyen de combattre la dépression chez eux est donc de disposer de nouveaux objets dans leur aquarium et de les bouger de temps à autre.

 

Culum Brown, biologiste comportemental à l'université Maquarie à Sydney, en Australie, ne peut qu'abonder en ce sens. Pour lui, il est très important que les poissons puissent évoluer dans un environnement riche, stimulant et complexe. Un simple bocal est ainsi le pire choix possible pour votre petit compagnon. À la fin du mois d'août, Bricomarché avait par exemple déclenché la polémique en vendant des poissons confinés dans de minuscules bocaux.

 

Via : The New York Times

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service de nutrition (découvrez l'alimentation sur-mesure pour votre chien). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING